PORTRAITS

"Quand on est dans ses bras, on redevient une petite fille. Je suis sûre que les spectatrices ressentent la même chose." Marylin MONROE sa partenaire dans le film LES DESAXES.

"Avec sa moustache, ses oreilles légèrement décollées, son sourire irrésistible et ses yeux pétillants, Clark Gable s'inscrit dans la longue tradition des grands séducteurs." STUDIO MAGAZINE



 

 






SCENES DE FILMS


Les désaxés

Autant en emporte le vent

New York-Miami


Au delà du Missouri

L'odyssée du sous marin Nerka

La malle de Singapour

Les révoltés du Bounty

Mogambo

San Francisco

Le roi et quatre reines

L'esclave libre

C'est arrivé à Naples

BIOGRAPHIE

William (Clark) Gable, appelé Billy Gable pendant toute son enfance, est né le 1er février 1901 à Cadiz dans l'Ohio. Il est l'unique enfant d'un fermier et prospecteur, William H. Gable, et de son épouse Adeline Hershelman Gable ; tous deux d'ascendance germaniqueSa mère, de santé fragile, et éprouvée par un accouchement difficile meurt d'une épilepsie alors qu'il n'a que sept mois. Ses grands parents s'occupent alors de lui jusqu'à l'âge de deux ans, époque où son père se remarie et où la nouvelle famille ainsi formée déménage à Hopedale (Ohio).  Billy est un enfant tout à fait ordinaire, plutôt terne. Il est toutefois doué pour la musique, jouant du cor d'harmonie dans la fanfare municipale d'Hopedale. Il joue également dans l'équipe de baseball de son école primaire.

Il quitte le collège à l'âge de 16 ans pour commencer à travailler dans une usine. Après avoir vu une pièce qui lui plait, il décide de devenir acteur.
Il commençe à tourner avec de modestes compagnies de théâtre et travaille en parallèle comme commercial, ouvrier à l'usine et aussi machiniste de théâtre.
A la mort de la seconde femme de son père, il revient vivre auprès de ce dernier, renonçant provisoirement à l'univers du théâtre qui le fascine, pour travailler - comme son père - dans l'industrie du pétrole. A 21 ans, il quitte son père pour retrouver le monde du théâtre.

Clark Gable à l'âge de 18 mois.
A l'âge de 11ans, accompagné de sa belle-mère, Jennie Dunlap.

En 1924, il se rend à Hollywood avec l'aide financière de la directrice de théâtre Josephine Dillon, de dix ans son aînée, qui deviend son manager et sa première femme. C'est elle qui le fera renoncer à son prénom de William au profit de celui, plus viril, de Clark.

Il débute au cinéma en faisant de la figuration puis au théâtre, à Broadway. La reprise de la pièce "The last mile" où il succède à Spencer Tracy attire sur lui l'attention du public et des producteurs. Darryl Zanuck, qui cherche une vedette pour son futur film "Little Caesar" lui fait faire un bout d'essai et le juge inutilisable...

Le 30 mars 1930, Gable épouse Ria Langham, une riche texane. La MGM le met sous contrat et lui donne comme partenaires ses plus célèbres actrices :
Joan Crawford, Jean Harlow, Greta Garbo....
A cette époque, on lui connaît plusieurs amantes dont Joan Crawford et Loretta Young, sa partenaire dans « Call of the Wild » (1935), relation de laquelle naîtra une fille illégitime : Judy Lewis. Clark et Ria se séparent en novembre 1935.

Clark et sa première femme, Ria Langham.
Le film "New york-Miami", tourné pour la Columbia, lui a valu l'Oscar de la meilleure interprétation.

Depuis janvier 1936, Clark fréquente Carole Lombard, brillante comédienne. Carole lui apporte le bonheur qu'il recherche. Cependant, Ria réclame toujours une somme trop importante à son mari pour autoriser le divorce si bien qu'il se voit contraint de rester marié avec elle jusqu'en mars 1939. Durant cette période, la relation extraconjugale qu'il partage avec Carole alimente les scandales, ce qui lui vaudra les remontrances de Louis B. Mayer, directeur de la MGM. Ce dernier souhaite impérativement que Clark mette de l'ordre dans sa vie privée pour l'image de la firme, signifiant au passage à l'acteur qu'il est lié à la MGM par un contrat comprenant des clauses de moralité. 

Le 29 mars 1939, l'année même où il tourne son film le plus célèbre : "Autant en emporte le vent" -Clark Gable épouse l'actrice Carole Lombard.
En janvier 1942, Carole entame une tournée pour l'emprunt de guerre. On dit qu'elle hésite à partir car Clark s'intéresserait à une autre actrice (On parle de Lana Turner avec qui il tourne à l'époque). Pressée de le revoir, elle rentre en avion et non en train. Son avion disparaît près de Las Vegas. Clark se rend sur les lieux, les recherches commencent. Il n'y a aucun survivant. Nous sommes le 16 janvier 1942, Carole avait 33 ans et s'était mariée moins de trois ans auparavant… Clark se sent coupable de sa mort. Présidant le comité d'emprunt, il l'avait encouragée à partir. 

Clark Gable et sa troisième femme, Carole Lombard, le grand amour de sa vie.
Bouleversé par la disparition de Carole, Clark Gable rejoint en août de la même année l'aviation américaine, décidé à lutter contre les forces de l'Axe. En 1943, il reçoit la Distinguished Flying Cross et la Médaille de l'Air et l'année suivante, il redevient civil. Il retourne alors à Hollywood, sans certitudes sur son avenir. 

Hollywood et la Metro-Goldwyn-Mayer à laquelle il appartient l'accueillent avec joie. Le 21 décembre 1949, Clark, émoustillé par de nombreuses coupes de champagne, commet une terrible erreur quand il se marie pour la quatrième fois avec Sylvia Hawkes, alias Lady Ashley, une blonde sophistiquée et cosmopolite. Lady Ashley, déjà mariée trois fois (au fils du comte de Shaftbury dont elle garda le titre de Lady, puis à l'acteur Douglas Fairbanks et le baron Stanley of Alderly), ressemble à Carole Lombard mais physiquement seulement. Trois semaines après la cérémonie, Clark comprend que c'est une erreur, le mariage ne durera pas deux ans.

Clark et sa troisième femme, Sylvia Hawkes.

En 1954, la M.G.M. traverse une période d'économies et les derniers films tournés par Clark Gable ne sont pas de grands succès...
Le 22 juin 1951, Dore Schary, scénariste engagé à la Metro en 1933 puis nommé chef de la production en 1948, remplace Louis B. Mayer à la tête de la MGM. Schary est confronté à deux problèmes : réduire les frais de fonctionnements des studios et produire de meilleurs films. La solution choisie ? Rendre leur liberté aux membres de la Metro. Les premiers à partir sont des gens comme Mickey Rooney ou Judy Garland, connus pour leur mauvais caractère. Aussi, le contrat de Clark s'achevant en 1954 ne sera pas renouvelé. Bien que toujours adulé du public, son salaire de 520 000 dollars par an est jugé trop élevé. Ce non renouvellement de contrat n'est pas plus mal pour Clark, la MGM a tellement changé qu'il ne s'y sent plus à sa place.  
Après son départ, ses deux derniers films pour la Metro : « Mogambo » et « Betrayed » sont distribués. « Mogambo », avec Ava Gardner et Grace Kelly, rapporte de telles recettes que la Metro tente de faire revenir Clark mais c'est hors de question.
Du jour au lendemain, Clark se retrouve donc acteur indépendant : il est le plus cher de toute l'industrie cinématographique. La 20th Century Fox est la première à lui faire signer un contrat. Moyennant un pourcentage sur les recettes brutes, il tourne deux films pour cette firme en 1955 : « Soldier in Fortune » avec Susan Hayward et « The Tall Men » avec Jane Russell. Ces deux films d'actions bien rythmés contribuent à rétablir son image de marque.

En même temps, âgé de 54 ans, il tombe amoureux et se marie le 7 juillet 1955, pour la cinquième fois, avec Kathleen Williams Spreckels, une ancienne top-model déjà mariée trois fois.

Clark Gable et sa dernière femme Kay Spreckels.
Kay Spreckels avec leur fils John, né peu après le décès de son père.

Professionnellement, après son expérience bénéfique à la 20th Century Fox, Clark décide de produire lui-même ses films afin d'augmenter sa part de profit. Il fonde la compagnie GABCO et tourne « Le roi et quatre reines » avec Eleanor Parker. Le film, un western, ne remplit pas les espoirs que Clark avait placés en lui. Aussi, guéri de jouer les producteurs, il signe avec la Warner pour « L'esclave libre » (1957) avec Yvonne de Carlo et Sydney Poitier. 

Clark commence à peine le tournage de «C'est arrivé à Naples » que le producteur Frank Taylor lui adresse un exemplaire du scénario d'Arthur Miller, «The Misfits (les désaxés)» , sorte de western contemporain.

Pour 750 000 dollars et un pourcentage sur les recettes, Clark signe pour « The Misfits » . Entre outre, si le tournage dure plus de quatre mois, il touchera 48 000 dollars par semaine supplémentaire. Les tergiversations de Marilyn Monroe occasionnent de tels retards que Clark empoche près de 1 250 000 dollars avant même que le film ne soit sorti.    

Marilyn voit en Clark le père qu'elle n'a jamais eu. Ce dernier qui apprécie la jeune actrice tout en pestant contre son irresponsabilité dans le travail s'efforce de lui témoigner patience et gentillesse. Il supporte avec un humour parfois caustique les aléas du tournage mais cela n'empêche pas que le film soit pour lui une épreuve physique (il refuse d'être doublé, les températures dans le désert sont très élevées). Cependant, Clark est heureux, il va enfin avoir l'enfant qu'il a toujours désiré, sa femme étant enceinte. Il déclare que ce sera un garçon.

Quelques jours après la fin du tournage, le 16 novembre 1960, Clark meurt d'une crise cardiaque à Los Angeles, âgé de 59 ans. Il avait un début de maladie de Parkinson les dernières années de sa vie.

Après les honneurs militaires, son corps est inhumé au Forest Lawn Memorial Park Cemetery à Glendale en Californie, auprès de son ancienne épouse Carole Lombard…

Son seul enfant légitime naîtra le 20 mars 1961. Comme il l'avait prédit, c'est effectivement un garçon nommé John Clark Gable.

John Clark Gable a reçu une récompense au nom de son père en 2002.

 

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

1924 PARADIS PERDU (Ernst Lubitsch)
1925 THE PACEMAKERS (Wesley Ruggles)
1925 LA VEUVE JOYEUSE (Eric von Stroheim)
1926 NORTH STAR (Paul Powell)
1931 LE DÉSERT ROUGE (Howard Higgin)
1931 QUAND ON EST BELLE (Jack Conway)
1931 LA PENTE (Harry Beaumont)
1931 TRIBUNAL SECRET (George Hill)
1931 THE FINGER POINTS (John Francis Dillon)
1931 LA PÉCHERESSE (Harry Beaumont)
1931 AMES LIBRES (Clarence Brown)
1931 L'ANGE BLANC (William A. Welfinan)
1931 SPORTING BLOOD (Charles Brabin)
1931 LA COURTISANE (Robert Z. Leonard)
1931 FASCINATION (Clarence Brown)
1931 LES TITANS DU CIEL (George Hill)
1932 POLLY OF THE CIRCUS (Alfted Santell)
1932 LA BELLE DE SAIGON (Victor Fleming)
1932 STRANCE INTERLUDE (Robert Z. Leonard)
1932 UN MAUVAIS GARÇON (Wesley Ruggles)
1933 LA SŒUR BLANCHE (Victor Fleming)
1933 DANS TES BRAS (Sam Wood)
1933 VOL DE NUIT (Clarence Brown)
1933 LE TOURBILLON DE LA DANSE (Robert Z. Leonard)
1934 NEW YORK-MIAMI (Frank Capra)
1934 LES HOMMES EN BLANC (Richard Boleslavsky)
1934 AVENTURE A MANHATTAN (W.S. van Dyke)
1934 LA PASSAGERE (Clarence Brown)
1934 SOUVENT FEMME VARIE (W.S. van Dyke)
1935 CHRONIQUE MONDAINE (Robert Z. Leonard)
1935 L'APPEL DE LA FORET (William A. Wellman)
1935 LA MALLE DE SINGAPOUR (Tay Garnett)
1935 LES REVOLTÉS DU BOUNTY (Frank Lloyd)
1936 SA FEMME ET SA DACTYLO (Clarence Brown)
1936 SAN FRANCISCO (W.S. Van Dyke)
1936 CAIN AND MABEL (Lloyd Bacon)
1936 LOUFOQUE ET CIE (W.S. Van Dyke)
1937 LA VIE PRIVÉE D UN TRIBUN (John M. Stahl)
1937 SARATOGA (Jack Conway)
1938 PILOTE D'ESSAI (Victor Fleming)
1938 UN ENVOYÉ TRÈS SPÉCIAL (Jack Conway)
1939 LA RONDE DES PANTINS (Clarence Brown)
1939 AUTANT EN EMPORTE LE VENT (Victor Fleming)
1940 LE CARGO MAUDIT (Frank Borzage)
1940 LA FIÈVRE DU PÉTROLE (Jack Conway)
1940 COMRADE X (King Vidor)
1941 L'AVENTURE COMMENCE A BOMBAY (C. Brown)
1941 FRANC-JEU (J Conwal)
1942 JE TE RETROUVERAI (Wesley Ruggles)
1945 L'AVENTURE (V. Fleming)
1947 MARCHANDS D'ILLUSIONS (Jack Conway)
1948 LE RETOUR (M. LeRoy)
1948 TRAGIQUE DÉCISION (Sam Wood)
1949 FAITES VOS JEUX (Mervyn Le Roy)
1950 LA CLEF SOUS LA PORTE (George Sidney)
1950 POUR PLAIRE À SA BELLE (Clarence Brown)
1951 AU-DELÀ DU MISSOURI (William A. Wellman)
1951 CALLAWAY WENT THATAWAY (Norman Panama - Melvin Frank)
1952 L'ÉTOILE DU DESTIN (Vincent Sherman)
1953 NE ME QUITTE JAMAIS (Delmer Daves)
1953 MOGAMBO (John Ford)
1954 VOYAGE AU-DELÀ DES VIVANTS (Gottfried Reinhardt)
1955 LE RENDEZ-VOUS DE HONG-KONG (Edward Dmytryk)
1955 LES IMPLACABLES (Raoul Wa/sh)
1956 UN ROI ET QUATRE REINES (Raoul Walsh)
1957 L'ESCLAVE LIBRE (Raoul Walsh)
1958 L'ODYSSÉE DU SOUS-MARIN NERKA (Robert Wise)
1958 LE CHOUCHOU DU PROFESSEUR (George Seaton)
1959 LA VIE À BELLES DENTS (Walter Lang)
1960 C'EST ARRIVÉ À NAPLES (Melville Shavelson)
1961 THE MISFITS/LES DÉSAXÉS (John Huston)




 

 


Extrait de "Mogambo".


Extrait de "Autant en emporte le vent".

 







 



AFFICHES DE FILMS