PORTRAITS

"Il représente tout simplement l'Amérique. Il est séduisant, fort, gentil, bien élevé, mais si vous lui volez un penny, il vous étalera d'un coup de poing." Frank CAPRA, réalisateur de L'EXTRAVAGANT MR DEEDS.

"Gary Cooper symbolise l'Amérique des pionniers, l'homme rude mais droit, avec la bible et la winchester : 36 ans devant les caméras, dont trente au sommet. Du jeune cow-boy, beau comme un dieu, du cinéma muet jusqu'aux âpres chevauchées des années 50, il sera ce héros positif, monument américain de l'ordre et de la justice". STUDIO MAGAZINE

 






 

SCENES DE FILMS


Le train sifflera 3 fois

Pour qui sonne le glas

L'odyssée du Dr Wassell


Le rebelle

Sergent York

La loi du seigneur

Les aventures du capitaine Wyatt


Le roi du tabac

Vera Cruz

Les trois lanciers du bengale

L'extravagant Mr Deeds

L'homme de la rue


BIOGRAPHIE

Il est né Franck James le 7 mai 1901 à Helena (Californie), fils d'un juge à la cour souveraine du Montana, Charles Henry Cooper. Jusqu'en 1914, il poursuit ses études en Angleterre.
Pendant la Première Guerre Mondiale, le jeune Frank travaille au ranch paternel, s'initiant aux travaux des champs et de la ferme. C'est tout naturellement qu'il entreprend des études d'agriculture au collège de Bozeman, Montana, tout en cultivant un don naturel pour le dessin. C'est ainsi qu'il tente de placer plusieurs de ses caricatures dans des journaux locaux. Découragé par ses tentatives, il suit les conseils de ses amis en se faisant engager comme figurant à cheval dans des oeuvres de cinéma. Sa production en la matière est indéterminée, puisqu'il serait apparu, en tant que cavalier, dans une cinquantaine de films avant "the winning of Barbara Worth" (1926), considéré comme sa première apparition importante à l'écran. On peut le voir notamment dans un film interprété par Rudolph Valentino ,"The eagle" (1926).

Franck James Cooper (pas encore Gary)
à l'âge de 2 ans.

En compagnie de son père, Charles Henry.
Dans le film "Winning of Barbara Worth" considéré comme sa première apparition importante à l'écran.

A partir de 1925, avec l'aide d'une jeune femme imprésario, Nan Collins, il enchaîne les figurations. Mais il existe déjà plusieurs Frank Cooper dans les annuaires du septième art. Il décide alors de prendre pour pseudo "Gary", nom d'une petite ville d'où est issue Nan.

En 1926, Gary est pris sous contrat par la Paramount. C'est le début de sa véritable carrière d'acteur. Un début placé sous d'heureux auspices puisque le jeune homme a l'honneur de partager à plusieurs reprises les plateaux avec une star de l'époque, Clara Bow ("Children of divorce", "it", "wings", tous de 1927). Poursuivant sa carrière, c'est tout naturellement qu'il se voit confier des premiers rôles dans des westerns plus ou moins oubliés("Nevada", "the last outlaw", etc).

Au début des années trente, le parlant se généralise. Gary Cooper tourne, avec Marlène Diétrich, ce qui sera son premier grand film "classique", "Morocco-coeurs brûlés", de Josef Von Sternberg .

Outre les westerns, qui lui vaudront une bonne partie de sa renommée, l'acteur se montre également excellent dans le drame ("l'adieu aux armes" , "Peter Ibbetson" etc) comme dans l'Aventure ("les trois lanciers du bengale" ) et la comédie  ("si j'avais un million"," la huitième femme de Barbe Bleue" etc).
Frank Capra ne s'y trompe pas, qui l'engage pour " L'extravagant Mr Deeds " (1936) et surtout " L'homme de la rue " (1941). Le personnage de Gary Cooper est enfin en place : un homme franc,  honnête, courageux, patriote, humble, simple, voire naïf. Un registre dont il ne sortira plus que rarement, et qui sera sans doute à l'origine de sa réputation de ne pas être un véritable comédien, mais un acteur sachant imposer une personnalité qu'on lui savait fort grande. Ainsi, dans les années quarante, il tourne "Sergent York", pour lequel il obtient son premier Oscar, (1944), "L'odyssée du Dr Wassell", "les conquérants du nouveau monde (1947), "le rebelle" (1948). Sur la fin de sa carrière, Cooper renoue avec les grands westerns : "les aventures du capitaine Wyatt" (1950, Raoul Walsh ), " Vera Cruz" (1954, Robert Aldrich ), "l'homme de l'ouest" (1958, Anthony Mann ) et surtout "le train sifflera trois fois" (1952, Fred Zinnemann ) qui lui vaut son deuxième Oscar.

En compagnie de Joan Fontaine lors de la remise de son oscar du "Meilleur Acteur" pour son rôle dans "Sergent York".

Côté coeur, Gary Cooper a eu une vie sentimentale plutôt agitée. Dès 1929, après l'actrice Clara Bow, il entretient une liaison orageuse avec l'actrice mexicaine Lupe Velez. Mais Madame Cooper mère veille et met fin à l'affaire, du moins le croit-elle. En 1933, l'acteur épouse Véronica Balfe dit "Rocky", nièce du décorateur de la MGM Cedric Gibbons . le couple a une fille, Maria Veronica en 1937. En 1944, Lupe Velez se suicide, enceinte d'un enfant dont la rumeur attribue la paternité à Gary Cooper .
En 1951, Veronica et Gary se séparent momentanément. C'est le début de la fameuse romance entre le cow-boy d'Hollywood et l'actrice patricia Neal, sa partenaire du "Rebelle". Une romance qui dure 3 ans. Mais Cooper est un homme "droit". Il ne divorcera pas. Le moment venu de choisir, c'est vers l'épouse légitime qu'il retourne, pourtant toujours très amoureux de Patricia, qui ne le reverra plus jamais. Car Gary subit déjà les premières atteintes du mal qui l'emportera. Il souffre d'un ulcère à l'estomac qui ne sera opéré qu'en 1958. En 1960, les médecins diagnostiquent un cancer, qu'ils cachent à l'intéressé le plus longtemps possible. En 1961, c'est l'acteur James Stewart qui reçoit pour lui, les yeux pleins de larmes, le troisième Oscar, remis à titre honoraire, à cette grande star internationale.
Gary Cooper devait s'éteindre quelques semaines plus tard, le 13 mai 1961 à l'âge de 60 ans.

Gary accompagné de sa femme Véronica et sa fille Maria.
En compagnie de l'actrice Patricia Neal, une de ses conquêtes, sur
le tournage du film "Le rebelle".

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

1960 La Lame nue , de Michael Anderson
1959 La Colline des potences , de Delmer Daves
Cargaison dangereuse , de Michael Anderson
Ne tirez pas sur le bandit , de Norman Z. McLeod
1958 L'Homme de l'Ouest , de Anthony Mann
1957 Ariane , de Billy Wilder
1956 La Loi du Seigneur , de William Wyler
1955 The Court-martial of Billy Mitchell , de Otto Preminger
1954 Vera Cruz , de Robert Aldrich
Le Jardin du diable , de Henry Hathaway
1953 Boum sur Paris , de Maurice de Canonge
Le Souffle sauvage , de Hugo Fregonese
Retour au Paradis , de Mark Robson
1952 Le Train sifflera trois fois , de Fred Zinnemann
La Mission du commandant Lex , de André De Toth
1951

Les Aventures du capitaine Wyatt , de Raoul Walsh

1950 Le Roi du Tabac , de Michael Curtiz
1949 Le Rebelle , de King Vidor
Horizons en flammes , de Delmer Daves
1947

Les Conquérants d'un nouveau monde , de Cecil B. DeMille
Hollywood en folie , de George Marshall

1946 Cape et poignard , de Fritz Lang
1945 Le Grand Bill , de Stuart Heisler
1944 Casanova le petit , de Sam Wood
1943 Pour qui sonne le glas , de Sam Wood
1942 Vainqueur du destin , de Sam Wood
1941 L' Homme de la rue , de Frank Capra
Boule de feu , de Howard Hawks
Sergent York , de Howard Hawks
1940 Les Tuniques écarlates , de Cecil Blount de Mille
1939 Beau geste , de William A. Wellman
1938 L a Huitième Femme de Barbe-Bleue , de Ernst Lubitsch
Madame et son cow-boy , de Leo McCarey
1937 Âmes à la mer , de Henry Hathaway
1936 L' Extravagant Mr. Deeds , de Frank Capra
Une aventure de Buffalo Bill , de Cecil Blount de Mille
Désire , de Frank Borzage
1935 Les Trois Lanciers du Bengale , de Henry Hathaway
Peter Ibbetson , de Henry Hathaway
Soir de noce , de King Vidor
1933

Après nous le déluge , de Howard Hawks Alice au pays des merveilles , de Norman Z. McLeod

1932 Si j'avais un million , de Ernst Lubitsch
Le Démon du sous-marin , de Marion Gering
1931 Sérénade à trois , de Ernst Lubitsch
Carrefours de la ville , de Rouben Mamoulian
1930 Morocco , de Josef von Sternberg
Paramount on Parade , de Dorothy Arzner
The Spoilers , de Edward Carewe
1928 Lilac Time , de George Fitzmaurice
1927

Le Coup de Foudre , de Clarence Badger
Les Enfants du divorce , de Frank Lloyd
Les Ailes , de William A. Wellman


 


Extrait de "L'homme de la rue".

 

 
Extrait de "Sergent York".


 

 

AFFICHES DE FILMS