PORTRAITS

"Rien de faux chez lui. Tout est clair et transparent." Marlène DIETRICH, ACTRICE et UNE DE SES COMPAGNES.

"LE monument du cinéma français. Celui qui a marqué les années d'avant guerre et qui, depuis, pèse sur les autres générations. Héros familier et personnage romanesque, il incarne d'abord les espoirs et les echecs de son époque, tournant avec les meilleurs et alignant les chefs-d'oeuvre. Après la guerre, il joue, toujours avec cette présence incroyablement authentique et dense, les patriarches bougons, à l'image de son statut. Une carrière longue et riche, jalonnée d'immanquables." STUDIO MAGAZINE

"Ce qui plaît dans Gabin, c'est cette succession de symbole qu'il a incarné. Sorte de Gaulliste, patriote, french lover (Dietrich...), un lien affectif entre l'avant et l'après guerre. Un gentleman rustre. Romantique ou prolo, héroïque, il fait craquer les femmes (et les yeux de Morgan), et devient une symbiose du Français d'avant la guerre, moralement irréprochable mais toujours un peu voyou. Après la guerre, la Star Gabin, qui aurait pu réussir à Hollywood, paresse dans des films plus conventionnels. Pas de risques. Et déjà plus vieux que les jeunes premiers. Il décline son personnage à l'infini, de Maigret à Valjean, on ne voit que Gabin à l'écran". ECRAN NOIR.FR

 





 

SCENES DE FILMS


La grande illusion

Quai des brumes

La traversée de Paris


La bête humaine

Les misérables

French Cancan

L'affaire Dominici

En cas de malheur

La bandera

Un singe en hiver

Le clan des siciliens

Touchez pas au grisbi


BIOGRAPHIE


Jean Alexis Moncorgé nait le 17 mai 1904 à Paris d''une mère chanteuse de café-concert nommée Hélène Petit et d'un père comédien d'opérettes, Joseph Gabin. Délaissant l'école, Jean devient garçon de bureau à la Compagnie Parisienne d'Electricité. Mais sa découverte du monde du travail est interrompue par l'idée qu'a son père de l'inscrire à la mort de sa mère en 1918 au lycée Janson-de-Sailly. La situation ne lui convenant pas, le jeune élève s'enfuit et se réfugie auprès de sa soeur Madeleine demeurant à Mériel auprès de son époux, l'ancien boxeur Poësy. 

Entre 1920 et 1922, Jean exerce divers petits métiers: cimentier à la Gare de la Chapelle, manoeuvre dans une fonderie, magasinier aux magasins d'automobiles de Drancy. Mais, en 1923, poussé par son père, il se retrouve placé sous la bienveillance du comique Bach et fait ses débuts de figurant aux Folies Bergères où il apprend le métier sur le tas.

Il fait ses premiers pas dans le cinéma parlant avec "Méphisto". Fort d'un naturel et d'une présence hors du commun, il s'impose sous le nom de Gabin dans 'La Grande illusion', 'Quai des brumes' ou encore 'La Bête humaine' qui font de lui une star.

Réfugié aux Etats-Unis, il fait une courte carrière à Hollywood où il rencontre Marlene Dietrich. Mais, mal intégré à la société hollywoodienne, se sentant concerné par les événements qui se déroulent en France à l'aube de la seconde guerre mondiale, il décide de s'engager dans les Forces Françaises Libres (début 1943). A ce titre, il débarque à Alger (avril 1943), avant de rejoindre la Division Leclerc en Lorraine (décembre 1944). Décoré de de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre, il est démobilisé en 1945. De retour en France, il renoue avec le public dans 'Touchez pas au Grisbi'.

Il passe sa petite enfance à Mériel, petit "bourg campagnard" de Seine-et-Oise, entouré de ses six frères et sťurs, dont il est le benjamin.
Engagé dans les Forces Françaises Libres en 1943.

C'est à travers des personnages hauts en couleur, tantôt voyou, tantôt flic comme Maigret, qu'il construit son mythe, tout en truculence.
Il est l'un des rares acteurs à avoir traversé le cinéma depuis le muet jusqu'à la couleur. Jean Renoir, Marcel Carné, Jacques Prévert, puis Audiard, Delon ou Belmondo, auront tous salué le talent du comédien et son style unique.

Il fonde même une maison de production avec Fernandel, baptisée "GaFer" à partir de leur nom, qui leur permet de monter "L'Âge ingrat" de Gilles Grangier en 1964, et s'essaye même à la chanson avec le titre «maintenant je sais ».

En compagnie de Fernandel, co-producteurs et partenaires dans "L'âge ingrat", ils furent aussi d'excellents amis.

Restant très discret sur sa vie privée tout au long de sa carrière, il aime séparer son métier de sa vie de famille dans une ferme en Normandie. Sujet à des problèmes cardiaques et à de l'hypertension, une congestion pulmonaire a raison de lui en 1976 à l'âge de 72 ans.. Ces cendres sont versées en mer selon ses dernières volontés dans la mer d'Iroise, à 20 milles de Brest.

Il a reçu la Légion d'honneur en 1960 pour l'ensemble de sa carrière.

Sa fille, Florence Moncorgé-Gabin, est l'une des scriptes les plus reconnues parmi les professionnels du cinéma. Son livre "Quitte à avoir un père, autant qu'il s'appelle Gabin", rappelle ses souvenirs.

La profession cinématographique lui rend hommage lors des César en 1987, créant un Prix Jean Gabin, décerné chaque année au meilleur jeune comédien français.


Concernant sa vie privée :

- marié à Gaby Basset de 1925 à 1930 dont il aura 2 enfants.
- marié à Jeanne Mauchain dite Doryane (chorus girl au Casino de Paris) de 1933 à 1939.
- liaison éphémère avec l'actrice mireille Balin en 1937.
- partage la vie de Michèle Morgan de 1939 à 1940.
- partage la vie de Marlène Diétrich de 1941 à 1947.
- idylle avec la chanteuse Colette Mars en 1947 qui refuse de l'épouser.
- marié à Dominique Fournier (mannequin chez Lanvin) depuis le 28 mars 1949 dont il aura 3 enfants : Florence (1950), Valérie (1952) et Mathias (1956).

Avec une de ses compagnes, l'actrice Marlène Diétrich.
En compagnie de sa dernière femme, Dominique, et leurs trois enfants : Florence, Valérie et Mathias.




FILMOGRAPHIE SELECTIVE

1973 - L'Affaire Dominici de Claude-Bernard Aubert
1973 - Deux Hommes Dans La Ville de José Giovanni
1971 - Le Chat de Pierre Granier-deferre
1971 - Le Tueur de Denys De La Patellière
1969 - Le Clan Des Siciliens de Henri Verneuil
1969 - Sous Le Signe Du Taureau de Gilles Grangier
1968 - Le Pacha de Georges Lautner
1968 - Le Tatoué de Denys De La Patellière
1966 - Le Jardinier D'Argenteuil de Jean-Paul Le Chanois
1966 - Du Rififi A Paname de Denys De La Patellière
1963 - Maigret Voit Rouge de Gilles Grangier
1963 - Melodie En Sous-sol de Henri Verneuil
1962 - Le Gentleman D’epsom de Gilles Grangier
1962 - Un Singe En Hiver de Henri Verneuil
1961 - Le President d'Henri Verneuil
1961 - Le Cave Se Rebiffe de Gilles Grangier
1960 - Les Vieux De La Vieille de Gilles Grangier
1959 - Maigret Et L'Affaire Saint-fiacre de Jean Delannoy
1958 - Archimede Le Clochard de Gilles Grangier
1958 - En cas de malheur de Claude Autant-Lara
1958 - Maigret Tend Un Piege de Jean Delannoy
1957 - Les misérables de Jean-Paul Le Chanois
1956 - La Traversée De Paris de Claude Autant-lara
1956 - Des Gens Sans Importance de Henri Verneuil
1954 - Napoleon de Sacha Guitry
1954 - L'Air De Paris de Marcel Carné
1953 - La Vierge Du Rhin de Gilles Grangier
1953 - Touchez Pas Au Grisbi de Jacques Becker
1951 - La Verite Sur Bebe Donge de Henri Decoin
1941 - Remorques de Jean Gremillon
1939 - Le Jour Se Leve de Marcel Carné
1938 - Quai Des Brumes de Marcel Carné
1938 - La Bete Humaine de Jean Renoir
1937 - La Grande Illusion de Jean Renoir
1936 - Pepe Le Moko de Julien Duvivier
1933 - Le tunnel de Curtis Bernhardt


Extrait de "Quai des brumes".



Extrait de "La traversée de Paris".

 

AFFICHES DE FILMS