"Sa classe londonienne et son accent british en font l'acteur français le plus anglais du cinéma hexagonal". CINEFIL.COM


PORTRAITS







SCENES DE FILMS


Des hommes et des dieux

Hiver 54 - l'abbé Pierre

Jet set

Comme les autres

Chouans

Palais royal


Matrix reloaded


La princesse de Montpensier

Rouge baiser

 

BIOGRAPHIE

Lambert Wilson est né le 3 août 1958 à Neuilly-sur-Seine. Il est le fils de l'acteur et metteur en scène Georges Wilson et de Nicole Mulon, mannequin. Il a un frère, Jean-Marie, né en 1957. Enfant, Lambert est séduit par la magie de la scène, mais n'envisage pas d'embrasser le métier de comédien car il l'estime trop prenant. D'autant que ses parents le protègent du show-business, l'élevant à la campagne. Adolescent, il lui arrive tout de même de porter des hallebardes dans des spectacles du Festival d'Avignon. Mais, à 16 ans, la projection du film de Richard Lester "Les trois mousquetaires" lui fait l'effet d'un electrochoc. Il suit alors de 1974 à 1978, une formation d'art dramatique au Drama Centre de Londres, où il apprend le métier d'acteur mais aussi le chant et la musique.



Ses parents : Georges Wilson (décédé en 2010) et
Nicole (décédée en 2009).

Lambert à l'âge de 3 ans sur les genoux de son père à côté de Marguerite Duras.

Il débute en 1977 dans le film "Julia", sous la direction de Fred Zinnemann qui lui offre un premier grand rôle cinq ans plus tard dans" Cinq jours ce printemps-là", face à Sean Connery. Il commence sa carrière française en 1979 avec "Le Gendarme et les Extraterrestres", de Jean Girault, dans une scène restée culte face à Maurice Rich, puis "La boum 2" de Claude Pinoteau (dans le rôle d'un prétendant de Sophie Marceau alias "Vic"), "La Femme publique" d’Andrzej Żuławski et "Rendez-vous" d'André Téchiné. Il explose en 1987 avec le film "Chouans !" et enchaîne l'année suivante avec "Les Possédés". Mais deux longs métrages bien spécifiques lui permettent de s'imposer aux yeux des critiques et du grand public : "La Vouivre" , adapté et réalisé par son père Georges Wilson et surtout "Hiver 54, l'abbé Pierre" , où il prête ses traits à l'Abbé Pierre. Pour cette performance saluée par la profession, il reçoit le Prix Jean Gabin récompensant les espoirs du cinéma français.

Autre pêché mignon de l'acteur : la chansonnette qu'il aime pousser sous la houlette d'Alain Resnais dans "On connait la chanson" et "Pas sur la bouche" . Dans les années 2000, Lambert Wilson cède aux sirènes de la comédie populaire en s'autoparodiant en dandy de la "Jet set" et en jouant les princes goujats dans "Palais Royal" de Valérie Lemercier. Parallèlement, il entame avec brio une carrière hollywoodienne, incarnant la plupart du temps des personnages machiavéliques dans des superproductions telles que "Matrix reloaded", "Matrix revolution", "Catwoman"... Relevant tous les défis, il prête également sa voix aux films d'animation "Souris city" et "Tous à l'ouest : une aventure de Lucky Luke".

En tant que chanteur, il a enregistré quelques disques dont "Musicals" en 1989 et "Démons et merveilles" en 1997.

Il a été élevé au rang d'Officier des Arts et Lettres par le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres le 7 février 2007.


Le 15 octobre 2007, il sort un nouvel album musical intitulé "Loin", dans un registre totalement différent de ses précédentes interprétations dont il a écrit un des textes. Le compositeur est Jean-Philippe Bernaux mais l'album inclut aussi deux compositions de Jean-Jacques Sage également producteur de l'artiste et une de Christophe Mali (Tryo).

En 2008, l'acteur continue de surprendre avec sa prestation de détenu possédé dans le futuriste "Dante 01" de Marc Caro. Il reste dans l'univers de la science-fiction en enchaînant avec "Babylon A.D" de Matthieu Kassovitz puis passe par la case thriller, en interprétant le personnage de Pierre Collier dans "Le grand alibi" de Pascal Bonitzer, avant de revenir à la comédie pour les films "Comme les autres" et "Imogène McCarthery".

En 2010, au 63e Festival de Cannes, l'acteur fait sensation dans son rôle du frère Christian dans le film "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois, récompensé par le Grand prix du jury ; il obtient également une nomination au César du Meilleur Acteur. La même année, il interprète le Comte de Chabannes dans "La princesse de montpensier" de Bertrand Tavernier. Il se produit également sur la scène du Théâtre du Châtelet dans la comédie musicale de Stephen Sondheim "A Little Night Music".

Sa carrière théâtrale est aussi très riche : "Ashes" d'Harold Pinter, "L'Amour de l'Amour","La Machine Infernale", "La Célestine", "Eurydice", "Ruy Blas". Il s'est mis en scène dans "Les Caprices de Marianne" en 1994 et dans "Bérénice", avec son père et Carole Bouquet, en 2008.


Lambert et son père Georges Wilson dans "Bérénice" en 2008

Depuis quelques années, le comédien enregistre également la lecture de poésies et de grands textes de la littérature (Musset, Proust, ...).

Le 5 avril 2011, Lambert Wilson s'est vu remettre les insignes d'Officier de l'Ordre National du Mérite par Frédéric Mitterrand.

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

1977 Julia (Fred Zinnemann)
1979 Le gendarme et les extraterrestres (Jean Girault)
1982 La boum 2 (Claude Pinoteau)
1983 Cinq jours ce printemps là (Fred Zinnemann)
1983 Sahara (Andrew MacLaglen)
1984 Le sang des autres (Claude Chabrol)
1984 Rendez vous (André Téchiné)
1984 La femme publique (Andrzej Zulawski)
1985 Rouge baiser (Véra Belmont)
1985 L'homme aux yeux d'argent (Pierre Granier-Deferre)
1986 Bleu comme l'enfer (Yves Boisset)
1986 Corps et biens (benoit Jacquot)
1988 Chouans ! (Philippe De Broca)
1988 Les possédés (Andrej Wajda)
1989 La vouivre (Georges Wilson)
1989 Hiver 54 l'abbé Pierre (Denis Amar)
1992 L'instinct de l'ange (Richard Dembo)
1995 Jefferson à Paris (James Ivory)
1996 Les caprices d'un fleuve (Bernard Giraudeau)
1997 Marquise (Véra Belmont)
1997 On connait la chanson (Alain Resnais)
2000 Jet set (Fabien Onteniente)
2001 HS hors service (Jean Paul Lilenfeld)
2003 Il est plus facile pour un chameau (V. Bruni-Tedeschi)
2003 Matrix reloaded (les frères Wachowski)
2003 Dédales (René Manzor)
2003 Matrix révolutions (les frères Wachowski)
2003 Pas sur la bouche (Alain Resnais)
2004 Prisonniers du temps (Richard Donner)
2004 People jet set 2 (Fabien Onteniente)
2004 Catwoman (Pitof)
2005 Sahara (Breck Eisner)
2005 Palais royal (Valérie Lemercier)
2005 Gentille (Sophie Fillères)
2005 L'anniversaire (Diane Kurys)
2006 Coeurs (Alain Resnais)
2007 Le casse du siècle (Michael Radford)
2008 Le grand alibi (Pascal Bonitzer)
2008 Dante 01 (Marc Caro)
2008 Babylon A.D (Matthieu Kassovitz)
2008 Comme les autres (Vincent Garenq)
2009 Victor (Thomas Gilou)
2010 Imogène McCarthery (A. Charlot, Marc Magnier)
2010 Des hommes et des dieux (Xavier Beauvois)
2010 La princesse de Montpensier (Bertrand Tavernier)







Extrait de "Des hommes et des dieux"


Extrait de "Hiver 54 l'abbé Pierre".


Extrait de "Comme les autres".


AFFICHES DE FILMS