PORTRAITS

 


 

SCENES DE FILMS


Les aventures de Rabbi Jacob

Pouic pouic

La folie des grandeurs


La grande vadrouille

L'aile ou la cuisse

Le petit baigneur

Le grand restaurant

Le gendarme se marie

Fantomas contre Scottland Yard

Oscar

Hibernatus

La soupe aux choux


BIOGRAPHIE

Carlos Luis de Funès de Galarza est plus connu sous le pseudonyme de Louis de Funès. De son 1.64m, il est né le 31 juillet 1914 à Courbevoie bien qu'il appartienne à la noblesse de Séville (son père était avocat, il devint par la suite un diamantaire).

Après ses études au lycée Condorcet de Paris, Louis de Funès doit pendant de longues années se contenter de petits rôles, voire de n'effectuer que de la figuration, aussi bien au théâtre que sur le grand écran. À l'école, Louis de Funès est doué pour le… sport! Il travaille jusqu'au début de la seconde Guerre mondiale comme dessinateur. Il ne participe pas au conflit qui éclate en 1939, car il est déclaré inapte (c'est en réalité une erreur de dossier).

Il est engagé comme pianiste dans des boîtes de nuit, où il rencontre Eddy Barclay, pendant l'occupation allemande. Derrière son piano, il se trémousse déjà : un personnage nerveux, grimaçant et gesticulant de tous les côtés est né.

Sa première apparition sur les planches a lieu dans le Paris occupé. À la Libération, il continue son bonhomme de chemin, écume les studios et les scènes, mais n'est appelé au mieux que pour des seconds personnages parmi lesquels le valet de chambre de "La vie d'un honnête homme" de Sacha Guitry en 1952. En 1956, il obtient un début de reconnaissance dans "La Traversée de Paris" de Claude Autant-Lara où il joue aux côtés de Jean Gabin et Bourvil.

A la fin des années 50, après déjà une centaine de films à son actif, son comique visuel est enfin reconnu. En 1958, il décroche le premier rôle dans "Ni vu ni connu". Et, l'année suivante, il triomphe avec la pièce "Oscar" dans laquelle ses grimaces font merveille et déclenchent le rire à coup sûr.

Après le succès de "Pouic-Pouic" en 1963, il va de triomphe en triomphe. Les producteurs et les réalisateurs se l'arrachent. On lui offre ses premiers grands rôles, qui le conduisent très vite au célèbre "Gendarme de Saint-Tropez" de Jean Girault en 1964 qui sera suivi de cinq «suites!». À partir de là, De Funès articule sa carrière autour de deux axes : l'axe Gérard Oury et l'axe Jean Girault. Ce dernier lui offre encore un rôle d'anthologie dans la peau de l'inspecteur Cruchot.

En compagnie de l'actrice Claude Gensac, sa partenaire dans de nombreux films dont la série des "Gendarmes".
Une de ses célèbres mimiques dans le film "Pouic Pouic".

Entre-temps, Gérard Oury lui a offert ses trois plus grands succès. Ses duos avec Bourvil dans "Le corniaud" en 1965 et "La grande vadrouille" en 1966, plus grand succès du cinéma français avec 17,2 millions d'entrées, passent à la postérité avec des répliques et des séquences inoubliables.

Cet acteur français est devenu l'une des vedettes européennes les plus populaires des années 1960 et 1970. Entre temps, il a épousé Germaine Elodie Carroyer en 1936, puis il se marie une seconde fois avec Jeanne Barthélémy de Maupassant, la petite nièce de l'écrivain pour laquelle il rachète le château de Clermont au Cellier près de Nantes, dans lequel il finira sa vie. Leur fils Olivier jouera dans quelques films avec son père . "Le Grand restaurant", "Sur un arbre perché", "Hibernatus"...

Louis en compagnie de sa deuxième femme, Jeanne Barthélémy
et leur fils, Olivier.
Ce chateau, demeure de la famille De-Funès, situé au Cellier à Clermont-sur-Loire près de Nantes est une magnifique demeure avec un parc de 25 hectares et 365 fenêtres.

Son personnage irascible, mais pas vraiment méchant, son jeu grimaçant et ses mimiques ont été théorisés dans "La Folie des grandeurs" de Gérard Oury en 1971, où il rencontre Yves Montand et "Hibernatus" en 1969. Avec "Les aventures de Rabbi Jacob" en 1973, il réussit l'exploit de faire rire ensemble juifs, musulmans et catholiques.

Rattrapé par la maladie, il doit s'arrêter quelque temps pour se reposer à la suite de ces deux infarctus. En 1975 il tournera encore quelques films, dont "L'Aile ou la Cuisse", avec un débutant nommé Coluche. Puis on le voit également dans un grand film "La soupe aux choux" aux côtés de Jean Carmet et Jacques Villeret.

En 1980, il reçoit un César d'Honneur des mains de Jerry Lewis, pour l'ensemble de sa carrière.


Il nous a quitté le 27 janvier 1983 à Nantes victime d'une crise cardiaque. Son corps repose au cimetière du cellier, commune de Loire-Atlantique près du château de Clermont.

 

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

1947 Antoine et Antoinette de Jacques Becker
1950 Knock de Guy Lefranc
1951 Sans laisser d'adresse de Jean-Paul Le Chanois
1954 Poisson d'avril de Gilles Grangier
1954 Le blé en herbe de Claude Autant-Lara
1954 Le mouton à cinq pattes d'Henri Verneuil
1954 Les intrigantes d'Henri Decoin
1955 La bande à papa de Guy Lefranc
1956 Courte-tête de Norbert Carbonnaux
1956 La traversée de Paris de Claude Autant-Lara
1957 Comme un cheveu sur la soupe de Maurice Regamey
1958 Ni vu... ni connu d'Yves Robert
1958 Taxi, roulotte et corrida d'André Hunebelle
1960 Les râleurs font leur beurre... de Jean Bastia
1961 La belle américaine de Robert Dhéry
1961 Le garde champêtre mène l'enquête de Maurice Delbez
1961 Le capitaine Fracasse de Pierre Gaspard-Huit
1961 Le crime ne paie pas de Gérard Oury
1962 La vendetta de Jean Chérasse
1962 Le gentleman d'Epsom de Gilles Grangier
1962 Le diable et les dix commandements de Julien Duvivier
1963 Faites sauter la banque de Jean Girault
1963 Pouic-Pouic de Jean Girault
1963 Carambolages de Marcel Bluwal
1964 Un drôle de caïd de Jacques Poitrenaud
1964 Fantômas d'André Hunebelle
1964 Le gendarme de Saint-Tropez de Jean Girault
1965 Fantômas se déchaîne d'André Hunebelle
1965 Le corniaud de Gérard Oury
1965 Le gendarme à New York de Jean Girault
1965 Les bons vivants de Gilles Grangier & Georges Lautner
1966 La grande vadrouille de Gérard Oury
1966 Le grand restaurant de Jacques Besnard
1967 Fantômas contre Scotland-Yard d'André Hunebelle
1967 Les grandes vacances de Jean Girault
1967 Oscar d'Edouard Molinaro
1968 Le petit baigneur de Robert Dhéry
1968 Le tatoué de Denys de la Patellière
1968 Le gendarme se marie de Jean Girault
1969 Hibernatus d'Edouard Molinaro
1970 Le gendarme en balade de Jean Girault
1971 Jo de Jean Girault
1971 La folie des grandeurs de Gérard Oury
1972 Les aventures de rabbi Jacob de Gérard Oury
1976 L'aile ou la cuisse de Claude Zidi
1978 La Zizanie de Claude Zidi
1979 Le gendarme et les extra-terrestres de Jean Girault
1980 L'avare de Jean Girault et Louis de Funès
1981 La soupe aux choux de Jean Girault
1982 Les gendarmes et les gendarmettes de Jean Girault


En tant qu'acteur & scénariste


1966 Le grand restaurant
1967 Oscar
1969 Hibernatus

En tant qu'acteur, réalisateur & scénariste


1980 L'avare

 


Extrait de "Rabbi Jacob".


Extrait du "Gendarme de St Tropez".

 


Extrait de "la folie des grandeurs".


AFFICHES DE FILMS