PORTRAITS

"Il avait un capital de sympathie énorme auprès du public, à la fois bougon et débonnaire, jamais blanc mais pas forcément noir.
Comme Raimu ou Jean Gabin, Philippe Noiret n'a pas tourné que des chefs-d'oeuvre, mais il a marqué tous ses rôles du sceau de son intelligence et de sa personnalité. Il était de ces grands comédiens qui peuvent incarner les personnages les plus divers sans cesser d'être eux-mêmes". ECRAN NOIR.FR

"Il n'est pas exagéré d'affirmer que ce joyeux épicurien à l'allure faussement débonnaire, nonchalante, à la voix reconnaissable entre toutes, ait réussi une carrière exemplaire, façon Raimu. Il a géré son importante filmographie avec une rare  clairvoyance tout en ayant le mérite d'avoir osé diversifier ses rôles. i le terme n'était passé de mode, pour un peu, il aurait été qualifié "de monstre sacré", superbe expression que l'on doit à Jean Cocteau, mais dont il n'est pas sûr que lui, Noiret, l'aurait souhaitée". L'ENCINEMATHEQUE

 




 

SCENES DE FILMS


Coup de torchon



Le vieux fusil



Le facteur


Cinema paradiso

Alexandre le bienheureux

L'africain



Les ripoux






La vie et rien d'autre

Père et fils


La fille de D'Artagnan



Le grand carnaval




Masques



Ripoux contre ripoux


On a volé la cuisse de Jupiter


L'horloger de Saint Paul

BIOGRAPHIE

Né à Lille le 1er octobre 1930 de parents commerçants dans la confection et épris de culture (poésie, littérature), Philippe Noiret fréquente de nombreux établissements scolaires avant d'échouer trois fois de suite au baccalauréat : "non par manque d'intelligence, déclare-t-il quelques années plus tard, mais par paresse". Il passe son enfance à Toulouse.

Dès l'âge de 20 ans, Philippe Noiret prend alors des cours d'art dramatique et entre en 1953 au Théâtre National Populaire dirigé par Jean Vilar. Il y connaît la vie de troupe pendant sept ans, côtoie même Gérard Philipe, interprète plus de quarante rôles ("Le Cid", "Macbeth", "Don Juan", "Le mariage de Figaro", "Le malade imaginaire" et "L'école des femmes"....). Parallèlement, il forme un duo comique de cabaret avec Jean-Pierre Darras, raillant le monde et l'actualité politique.

Philippe Noiret en duo avec Jean-Pierre Darras écumant diverses scènes théâtrales pour un spectacle comique.

Il rencontre au Théâtre National Populaire, l'actrice et comédienne de théâtre, Monique Chaumette, qu'il épouse en 1962. Ils ont une fille, Frédérique, qui deviendra assistante de direction de tournage de cinéma et scénariste.

Devant remplacer au pied levé le comédien Georges Wilson, alors malade, il tient un premier rôle au cinéma en 1956 dans "La pointe courte" d' Agnès Varda, mais il doit attendre 1960 pour apparaître à nouveau sur grand écran dans "Zazie dans le métro" de Louis Malle. Hormis son rôle dans "Thérèse Desquesroux" de Georges Franju en 1962 (pour lequel il a obtenu un prix d'interprétation à la Mostra de Venise), Philippe Noiret enchaîne des seconds rôles sans percer jusqu'à "La vie de château" de Jean-Paul Rappeneau en 1966. Mais c'est le personnage de paysan rêveur et bucolique d' "Alexandre le bienheureux" , réalisé par Yves Robert, qui le fait remarquer des professionnels et du grand public en 1967, au point de pouvoir se consacrer exclusivement au cinéma et d'abandonner le théâtre.

Conscient qu'il ne tiendra jamais des rôles de jeune premier, le comédien enchaîne les apparitions en "Monsieur Tout-le-monde", n'hésitant pas à bousculer son image avec des longs-métrages polémiques comme "La grande bouffe" de Marco Ferreri, récit d'un suicide collectif par la nourriture qui provoque un véritable scandale à Cannes en 1973. Il se fait une spécialité des personnages de composition, avec une prédilection pour certains réalisateurs comme Bertrand Tavernier ( "L'horloger de St Paul" en 1973 ; "Que la fête commence" en 1974), Yves Boisset ("L'attentat" en 1972 ; "Un taxi mauve" en 1977), ou encore Philippe De Broca ("Les caprices de Marie" en 1970 ; "Tendre poulet" en 1977).

Philippe Noiret passe au statut de star hexagonale grâce à l'immense succès populaire du "Vieux fusil" de Robert Enrico qui lui vaut un César du Meilleur Acteur en 1976. Mais le comédien n'abandonne pas pour autant son goût de la composition, nuançant d'une pointe d'humanité ses rôles de salaud ("Coup de torchon" en 1981, nominé au César du Meilleur Acteur), ou de perversité ses personnages de bourgeois honorables ("Le témoin" en 1974).

Il suit par ailleurs une carrière en Italie, principalement sous la direction de Mario Monicelli ("Mes chers amis" , "Pourvu que ce soit une fille"), et devient la figure incontournable des comédies françaises à succès dans les années 80 et 90 avec "Twist again à Moscou" de Jean-Marie Poiré et surtout "Les ripoux" (nominé au César du Meilleur Acteur) de Claude Zidi en 1984. Le succès de ce film donne lieu cinq ans plus tard à une suite intitulée "Ripoux contre ripoux", et le tandem de flics formé par Noiret et Thierry Lhermitte remettra le couvert en 2003 pour "Ripoux 3" , du même réalisateur. L'acteur remporte son second César en 1990 pour "La vie et rien d'autre" et figure même en haut de l'affiche de productions internationales comme "Cinéma Paradiso" (1988).

En mars 1990, Philippe Noiret remporte le César du Meilleur Acteur pour son rôle dans "La vie et rien d'autre".

Moins sollicité par le cinéma au milieu des années 90, Philippe Noiret remonte sur les planches en 1997 dans "Les Cotelettes" de Bertrand Blier puis joue dans l'adaptation cinématographique de la pièce en 2003, toujours signée Blier. Mais c'est en jouant la même année le rôle d'un père tendre et maladroit sous la direction de Michel Boujenah dans "Père et fils" qu'il renoue, à 73 ans, avec le succès. En 2005, il est à l'affiche de la comédie policière "Edy" , portée par François Berléand et en 2006, du dernier film de Michel Boujenah "Amis".

Au mois de mai 2000, Gilles Jacob a remis à Philippe Noiret  le "Trophée du meilleur ouvrier de France" .

À l'occasion du 14 juillet 2005, il se voit remettre la décoration de Chevalier de la Légion d'Honneur par Jacques Chirac.

Il meurt dans l'après-midi du 23 novembre 2006 à l'hôpital à Paris à l'âge de 76 ans, des suites d'un cancer généralisé, en pleine tournée de son spectacle "Love Letters" (qu'il jouait au côté de la comédienne Anouk Aimée). Il a été inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris, en face de la tombe de Jean Poiret.

Lors de son dernier spectacle sur scène intitulé
"Love letters"
accompagné d'Anouk Aimée.
Sa femme Monique et leur fille, Frédérique, lors des obsèques.

Philippe Noiret a travaillé jusqu'à ces derniers jours à l'écriture d'un livre de mémoires qui doit sortir début 2007 chez Robert Laffont. "Il s'agit d'un livre qui retrace son parcours professionnel, ses souvenirs d'enfance, ses rencontres...", a indiqué Stéphane Barsacq, directeur littéraire des éditions Robert Laffont.

Parmi ses hobbies, il aimait les chevaux, les chaussures, la campagne et les cigares : il en fumait deux par jour depuis 50 ans, soit un total de 36.500.
Ces dernières années, il passait beaucoup de temps dans sa maison de campagne à Montréal-sur-Aude près de Carcassonne.


FILMOGRAPHIE SELECTIVE

- 1955 LA POINTE COURTE (Agnès Varda)
- 1960 ZAZIE DANS LE MÉTRO (Louis Malle)
- 1960 RAVISSANTE (Robert Lamoureux)
- 1961 LE CAPITAINE FRACASSE (Pierre Gaspard-Huit)
- 1961 LE RENDEZ-VOUS (Jean Delannoy)
- 1961 TOUT L'OR DU MONDE (René Clair)
- 1962 THÉRÈSE DESQUEYROUX (Georges Franju)
- 1962 LES FAUX JETONS (Le Massaggiatrici, Lucio Fulci)
- 1963 CLÉMENTINE CHÉRIE (Pierre Chevalier)
- 1963 BALLADE POUR UN VOYOU (Jean-Claude Bonnardot)
- 1963 LA PORTEUSE DE PAIN (Maurice Cloche).
- 1964 MONSIEUR (Jean-Paul Le Chanois)
- 1964 MORT OU EST TA VICTOIRE ? (Hervé Bromberger)
- 1964 LES COPAINS (Yves Robert)
- 1964 CYRANO ET D'ARTAGNAN (Abel Gance)
- 1965 LADY L (Peter Ustinov)
- 1966 LA VIE DE CHÂTEAU (Jean-Paul Rappeneau)
- 1966 QUI ÊTES- VOUS POLLY MAGOO ? (William Klein)
- 1966 LES SULTANS (Jean Delannoy)
- 1966 TENDRE VOYOU (Jean Becker)
- 1966 LE VOYAGE DU PÈRE (Denys de la Patellière)
- 1966 LA NUIT DES GÉNÉRAUX (Anatole Litvak)
- 1967 SEPT FOIS FEMME (Vittorio de Sica)
- 1968 L'UNE ET L'AUTRE (René Allio)
- 1968 ALEXANDRE LE BIENHEUREUX (Yves Robert)
- 1968 ADOLPHE OU L'ÂGE TENDRE (Bernard Toublanc-Michel)
- 1969 MR FREEDOM (William Klein)
- 1969 JUSTINE (George Cukor)
- 1969 ASSASSINATS EN TOUS GENRES (Basil Dearden)
- 1969 CLÉRAMBARD (Yves Robert)
- 1969 L'ÉTAU (Alfred Hitchcock)
- 1970 LES CAPRICES DE MARIE (Philippe de Broca)
- 1970 LA GUERRE DE MURPHY (Peter Yates)
- 1971 TIME FOR LOVING (Christopher Miles)
- 1971 LES AVEUX LES PLUS DOUX (Édouard Molinaro)
- 1977 LA VIEILLE FILLE (Jean-Pierre Blanc)
- 1977 LE TRÈFLE A CINQ FEUILLES (Edmond Frees)
- 1972 LA MANDARINE (Édouard Molinaro)
- 1972 L'ATTENTAT (Yves Boisset)
- 1972 LE SERPENT (Henri Verneuil)
- 1973 LA GRANDE BOUFFE (Marco Ferreri)
- 1973 TOUCHE PAS A LA FEMME BLANCHE (Marco Ferreri)
- 1973 POIL DE CAROTTE (Henri Graziani)
- 1973 L'HORLOGER DE SAINT-PAUL (Bertrand Tavernier)
- 1973 UN NUAGE ENTRE LES DENTS (Marco Pico)
- 1974 LES GASPARDS (Pierre Tchernia)
- 1974 LE SECRET (Robert Enrico)
- 1974 LE JEU AVEC LE FEU (Alain Robbe-Grillet)
- 1974 QUE LA FÊTE COMMENCE (Bertrand Tavernier)
- 1975 LE VIEUX FUSIL (Robert Enrico)
- 1975 MES CHERS AMIS (Mario Monicelli)
- 1975 MONSIEUR ALBERT (Jacques Renard)
- 1975 LE JUGE ET L'ASSASSIN (Bertrand Tavernier)
- 1976 UNE FEMME A SA FENÊTRE (Pierre Granier-Deferre)
- 1976 LE DÉSERT DES TARTARES (Valerio Zurlini)
- 1977 UN TAXI MAUVE (Yves Boisset)
- 1978 TENDRE POULET (Philippe de Broca)
- 1978 LA BARRICADE DU POINT-DU-JOUR (René Richon)
- 1978 LA GRANDE CUISINE (Ted Kotcheff)
- 1978 LE TÉMOIN (Jean-Pierre Mocky)
- 1979 DEUX BONNES PATES (Sergio Cilti)
- 1979 RUE DU PIED-DEGRUE (Jacques Grand-Jouan)
- 1980 ON A VOLÉ LA CUISSE DE JUPITER (Philippe de Broca)
- 1980 UNE SEMAINE DE VACANCES (Bertrand Tavernier)
- 1980 PILE OU FACE (Robert Enrico)
- 1981 TROIS FRERES (Francesca Rosi)
- 1981 IL FAUT TUER BIRGIT HAAS (Laurent Heynemann)
- 1981 COUP DE TORCHON (Bertrand Tavernier)
- 1982 L'ÉTOILE DU NORD (Pierre Granier Deferre)
- 1983 L'AFRICAIN (Philippe de Broca)
- 1983 MES CHERS AMIS N°2 (Maria Monicelli)
- 1983 L'AMI DE VINCENT (Pierre Granier-Deferre)
- 1983 LE GRAND CARNAVAL (Alexandre Arcady).
- 1984 FORT SAGANNE (Alain Corneau)
- 1984 SOUVENIRS, SOUVENIRS (Ariel Zeitoun)
- 1984 LES RIPOUX (Claude Zidi)
- 1985 L'ÉTÉ PROCHAIN (Nadine Trintignant)
- 1985 LES ROIS DU GAG (Claude Zidi)
- 1985 LE QUATRIÈME POUVOIR (Serge Leroy)
- 1985 POURVU QUE CE SOIT UNE FILLE (Mario Monicelli)
- 1985 THE CONSPIRACY (Michael Anderson).
- 1986 AUTOUR DE MINUIT (Bertrand Tavernier)
- 1986 TWIST AGAIN A MOSCOU (Jean-Marie Poiré)
- 1986 LA FEMME SECRETE (Sebastien Gralf)
- 1987 LA FAMILLE (Ettore Scola)
- 1987 MASQUES (Claude Chabrol)
- 1987LES LUNETTES D'OR (Giuliano Montaldo)
- 1987 NOYADE INTERDITE (Pierre Granier-Deferre)
- 1988 CHOUANS ! (Philippe de Broca)
- 1988 TOSCANINI (Franco Zeffirelli)
- 1989 LE RETOUR DES MOUSQUETAIRES (Richard Lester)
- 1989 LA FEMME DE MES AMOURS (Gianfranco Mingozzi)
- 1989 CINÉMA PARADISO (Giuseppe Tornatore)
- 1989 LA VIE ET RIEN D'AUTRE (Bertrand Tavernier)
- 1989 OUBLIER PALERME (Francesco Rosi)
- 1990 RIPOUX CONTRE RIPOUX (Claude Zidi)
- 1990 FAUX ET USAGE DE FAUX (Laurent Heynemann)
- 1990 URANUS (Claude Berri)
- 1991 J'EMBRASSE PAS (André Téchiné)
- 1991 ÉCRIRE CONTRE L'OUBLI (Jean Becker)
- 1992 NOUS DEUX (Henri Graziani)
- 1992 ROSSINI, ROSSINI (Mario Monicelli)
- 1992 MAX ET JÉRÉMIE (Claire Devers)
- 1992 SOUPE DE POISSON (Fiorella Infascelli)
- 1993 TANGO (Patrice Leconte)
- 1994 GROSSE FATIGUE (Michel Blanc)
- 1994 LA FILLE DE D'ARTAGNAN (Bertrand Tavernier)
- 1994 UNE TROP BRUYANTE SOLITUDE (Véra Cais)
- 1994 VEILLÉES D'ARMES (Marcel Ophuls)
- 1995 LES MILLES (Sébastien Grall)
- 1995 FACCIAMO PARADISO (Mario Monicelli)
- 1995 LE FACTEUR (Michael Radford)
- 1996 LES GRANDS DUCS (Patrice Leconte)
- 1996 FANTÔME AVEC CHAUFFEUR (Gérard Oury)
- 1996 LA VIE SILENCIEUSE DE MARIANNA UCRIA (Roberto Faenza)
- 1997 LES PALMES DE MONSIEUR SCHUTZ (Claude Pinoteau)
- 1997 SOLEIL (Roger Hanin)
- 1997 LE BOSSU (Philippe de Broca)
- 2000 LE PIQUE-NIQUE DE LULU KREUTZ (Didier Martiny)
- 2003 LES CÔTELETTES (Bertrand Blier)
- 2003 PERE ET FILS (Michel Boujenah)
- 2003 RIPOUX 3 (Claude Zidi)
- 2005 EDY (Stéphan Guérin-Tillié)
- 2006 3 AMIS (Michel Boujenah)

 

 

 

 


Extrait de "Alexandre le bienheureux".

 

 


Extrait des "Ripoux".
 

 

 

 

 


Extrait de "L'africain".
 


AFFICHES DE FILMS