PORTRAITS



 

 


 

SCENES DE FILMS


Pretty woman


Peur primale


American gigolo



Red corner


Infidèle



Le chacal


Officier et gentleman


Chicago


Sommersby


Shall we dance?


Just married (ou presque)


Lancelot

 

BIOGRAPHIE

Richard Tiffany Gere est né à Philadelphie (Pennsylvanie) le 31août 1949, de parents agriculteurs, Homer et Doris. Il passe le plus clair de son enfance dans l'Etat de New York, et se consacre activement à l'étude de la musique. Ainsi, maîtrise-t-il le piano, la trompette et la guitare.

C'est au cours de ses études à l'université du Massachussetts, dont il ressort diplômé en philosophie, qu'il fait ses premiers pas sur les planches. Fasciné par le métier de comédien, et tout en poursuivant ses études, il se fait engager par plusieurs compagnies régionales comme le Province Town Playhouse, puis le Repertory Theater de Seattle. En 1972, il monte à New York pour y interpréter des pièces d'avant-garde comme "Killer's Head" et "Back Bog Beast Bait", de Sam Sheppard, et tient également le rôle principal de la pièce "Long Time Coming and Long Time Gone". Durant cette période, il incarne toute une gamme de personnages dans des spectacles comme l'opéra rock "Soon", à Broadway, ou la farce "Habeas Corpus".

Sa carrière démarre pour de bon avec le rôle de Danny Zuko, le loubard rocker au cœur tendre de la célèbre comédie musicale "Grease", produite à Broadway et à Londres. Dans un registre plus classique, Richard Gere est aussi un acteur shakespearien accompli. Il compte à son répertoire la production du "Songe d'une nuit d'été" par le Lincoln Center, et celle de "La mégère apprivoisée" par la troupe du London's Young Vic Theater. Il joue par la suite cette dernière pièce au Brooklyn Academy of Music Festival.

Richard Gere en compagnie de la troupe du spectacle musical "Grease".

Attiré par le cinéma, il se tourne bientôt vers le grand écran. Après avoir débuté en 1975 dans "Report to the Commissioner" (cette même année, il apparaît dans un téléfilm, "Strike Force"), il obtient, pour son quatrième film, "Les moissons du ciel", l'équivalent italien du César. Il enchaîne par la suite avec "Les chaînes du sang", "Yanks" et "American gigolo", se forgeant avec ces trois films l'image d'un rebelle doublé d'un sex-symbol. Ce qui constituera pour lui un handicap par la suite… Il regagne ensuite les scènes de Broadway et remporte le Theater World Award pour sa performance dans "Bent". On le retrouve ensuite sur le grand écran dans "Officier et gentleman", qui remporte, en 1982, un immense succès. Mais un succès en rien comparable à celui obtenu, six ans plus tard, par "Pretty woman"...

En parallèle, Richard Gere s'investit dans le développement de projets. Il a été le producteur exécutif de la plupart de ses films dans les années 90 : "Sang chaud pour meurtre de sang froid", "Mr. Jones", "Sommersby" (avec Jodie Foster) et "Intersection", avec Sharon Stone.

Militant actif pour les droits de l'Homme et adepte du boudhisme, il est président de la fondation Tibet House de New York (il a effectué de nombreux voyages dans cette région du monde), un organisme chargé de préserver l'héritage culturel et religieux du Tibet. Il a d'ailleurs publié un ouvrage de photos prises par lui-même dans ces régions ("Pilgrim"), et a rédigé l'introduction de "Ocean of Wisdom" , un recueil d'enseignements du dalaï-lama.

Richard en compagnie du Dalaï Lama qu'il a rencontré et pour lequel il a rédigé l'introduction d'un recueil d'enseignements .

Outre la cause tibétaine, Richard Gere s'est fait l'avocat de la lutte pour le respect des droits de l'homme en Amérique Centrale lors de plusieurs séjours au Honduras, au Nicaragua et au Salvador.

Après "Le Chacal", où il tient le rôle de Declan Mulqueen, on le retrouve dans "Red Corner" de Jon Avnet, où il incarne un Américain pris dans les griffes de la justice chinoise. Deux ans plus tard, il retrouve l'équipe de "Pretty woman" (Julia Roberts et Garry Marshall) pour une nouvelle comédie romantique, "Just married (ou presque)", mais le film n'arrive malheureusement pas à égaler son aîné...
En 2000, après avoir joué les playboys tombant amoureux d'une jeune fille en fleur au stade terminal de sa maladie (Wynona Ryder) dans "Un automne à New York", il joue les playboys gynéco dont la vie est pourrie par la gent féminine dans "Dr T. & les femmes", de Robert Altman. On le retrouve ensuite, deux ans plus tard, cette fois dans le rôle d'un époux trompé par sa femme dans "Infidèle", remake du film de Chabrol "La femme infidèle" signé Adrian Lyne. Il opère ensuite un revirement à 180° et quitte le film sentimental pour le thriller paranormal "La prophétie des ombres", avant de changer une nouvelle fois de cap pour chanter et danser dans l'adaptation cinématographique de la comédie musicale "Chicago", où il intérprète un brillant et peu scrupuleux avocat, adepte de femmes et d'argent ; grâce à ce film, il obtient le Golden Globe award du Meilleur Acteur dans un film musical ou comédie.

Richard Gere récompensé du Golden Globe Award du Meilleur Acteur dans le film musical "Chicago".

Il poursuit sur sa lancée, avec "Shall we dance ? La Nouvelle vie de Monsieur Clark", où cette fois, il a pour partenaire de danse, Jennifer Lopez , et partenaire en amour, Susan Sarandon. On le verra également aux côtés de Juliette Binoche, en 2005, dans un drame psychologique, "Les mots retrouvés" où il délaisse pour un temps son image de playboy élégant pour celle d'un père de famille dévoué. En 2007, on le retrouve dans le film "Faussaire" où il interprète le rôle de Cliffort Irving, un auteur qui dans les années 70 a fait croire au monde entier qu'il avait obtenu les confidences du célèbre milliardaire Howard Hugues...
Après l'échec, tant d'un point de vue commercial que critique, du biopic "Amelia", dans lequel il côtoie Hilary Swank, l'acteur poursuit en 2010 avec deux films attendus : "L'élite de Brooklyn", un drame policier centré sur quatre destins croisés réalisé par Antoine Fuqua, et "Hatchi", un drame "canin".

Richard Gere a vécu de nombreuses idylles avec des personnalités parmi lesquelles l'artiste Sylvia Martin, la designer Diane de Furstenberg ou encore l'actrice Barbara Carrera. En 1988, il rencontre la mannequin Cindy Crawford. Leur romance est rendue publique lors de la cérémonie des Oscars de 1990. L'année suivante, le 12 décembre 1991, le couple se marie à la Petite Eglise de l'Ouest de Las Vegas. Ils finissent par divorcer en décembre 1994.

En 1999, à l'âge de 50 ans, Richard Gere est élu l'homme vivant le plus sexy par le magazine «People».

Le 6 février 2000, son amie, la mannequin et comédienne Cary Lowell, lui donne un fils : Homer James Jigme («Jigme» signifie «sans peur » en tibétain). Gere a épousé Cary le 9 novembre 2002.

Richard en compagnie du top model Cindy Crawford, sa première femme de 1991 à 1994.
En compagnie de Cary Lowell, sa seconde épouse depuis 2002.
Richard Gere et son fils Homer James "Jigme".

 

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

1975 Report to the Commissioner (Katselas)
1976 Baby Blue Marine (Hancock)
1977 A la recherche de Mr. Goodbar (R. Brooks)
1978 Les moissons du ciel (Malick)
1978 Les chaînes du sang (Mulligan)
1979 Yanks (Schlesinger)
1980 American Gigolo (Schrader)
1981 Reporters (Depardon)
1982 Officier et gentleman (Hackford)
1983 A bout de souffle (made in USA) (McBride)
1983 Le consul honoraire (Mackenzie)
1984 Cotton Club (Coppola)
1985 Le roi David (Beresford)
1986 Les coulisses du pouvoir (Lumet)
1986 Sans pitié (Pearce)
1987 Rien à perdre (Sinise)
1990 Pretty Woman (Marshall)
1990 Affaires privées (Figgis)
1992 Sans chaud pour meurtre de sang froid (Joanou)
1993 Sommersby (Amiel)
1993 Mister Jones (Figgis)
1994 Intersection (Rydell)
1994 Lancelot (Zucker)
1995 Peur primale (Hoblit)
1996 Le chacal (Caton-Jones)
1997 Red Corner (Avnet)
2001 La prophétie des ombres (Pellington)
2003 Chicago (Marshall)
2004 Infidèle (Lynne)
2005 Shall We Dance (la nouvelle vie de Mr Clark) (Chelsom)
2005 Les mots retrouvés (Mc Gehee)
2006 The flock (Andrew Lau)
2007 Faussaire (Lasse Halström)
2010 Hatchi (Lasse Halström)
2010 Amelia (Mira Nair)
2010 L'élite de Brooklyn (Antoine Fuqua)


Extrait de "Officier et gentleman".


Extrait de "Shall we dance"...  

 


AFFICHES DE FILMS