PORTRAITS

"S'il fallait élire la plus naturelle des movie stars, Robert Redford remporterait la palme. Star, il l'est incontestablement. Sportif, le visage franc, les idées claires, il incarne volontiers les héros solitaires, nostalgiques d'une pureté enfuie...Son activité de metteur en scène, sa défense du cinéma indépendant (par le biais du Sundance Institute) et son combat pour l'environnement, sont venus donner à cet acteur, dont la beauté n'a rien à envier à celle des grandes stars d'antan, une aura supplémentaire. Une star d'aujourd'hui". STUDIO MAGAZINE

"40 ans de carrière en tant qu'acteur, Robert Redford est devenu une figure emblématique du cinéma américain, mélange de beau gosse et d'icône hollywoodienne. Il a incarné à lui seul, toutes les Amériques : puritaine, corrompues, sportives, romantiques, influencées, colonisatrice, écologiste, hors-la-loi. Toujours rebelle aux idées dominatrices". ECRAN NOIR.FR

 






 

SCENES DE FILMS



Jeremiah Johnson



L'arnaque

Nos plus belles années



Brubaker

Gatsby le magnifique

Propriété interdite


Proposition indécente



L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux


Butch Cassidy et le kid


Le meilleur



Spy game

Les hommes du président


BIOGRAPHIE

Robert Redford est né le 18 août 1937, dans un quartier populaire de Santa Monica, en Californie, d'un père écossais, comptable à la Standard Oil, et d'une mère irlandaise native du Texas. Il a un frère prénommé William. Robert n'est pas un enfant très studieux, ni très intéressé par l'école. Il compense ses mauvais résultats scolaires par son engagement et ses qualités sportives. Ce sont d'ailleurs ces dernières qui lui permettent d'accéder à l'Université du Colorado.
A 19 ans, il décide de s'embarquer pour la France. Passionné par la peinture il déambule dans Paris et ses musées, rêvant de voir un jour ses tableaux accrochés à côté des toiles impressionnistes. Il continue son périple à travers l'Espagne et l'Italie. De retour aux Etats-Unis, il se rend à New York pour suivre des études de peinture ainsi que des cours d'art dramatique à l'Académie américaine des arts dramatiques. Pour vivre, il travaille sur des décors de théâtre.

Robert Redford à l'âge de 17 ans.

En 1959, il débute à Broadway dans la comédie de Howard Lindsay et Russel Crouse, "Tall Story", puis joue dans "The Highest Tree", de Dore Schary. Il reprend le rôle en tournée puis donne la réplique à Julie Harris dans la pièce "Little Moon of Alban", de James Costigan. A la même époque, il apparaît dans la série télé "The Deputy", puis fait diverses apparitions en guest-stars dans d'autres séries, dont "Les incorruptibles", "Le Virginien", "Perry Mason" "Alfred Hitchcock présente" ou encore "La quatrième dimension".

En compagnie de Raymond Burr dans la série "Perry Mason".
En tant que guest star dans la série "La quatrième dimension".

En 1961, Robert Redford retourne à Broadway pour une production de "Sunday in the Park", et débute par ailleurs à l'écran dans War Hunt, une production indépendante de Denis Sanders, au générique de laquelle figure un autre jeune comédien nommé Sydney Pollack. La même année, Robert Redford achète dans l'Utah un petit terrain de deux arpents sur lequel il construit sa propre maison. Le Sunday Ranch deviendra rapidement sa retraite favorite et accueillera un peu plus tard un institut cinématographique de réputation internationale, ainsi qu'un centre de conférences sur les problèmes de l'environnement.

En 1963, Redford fait sa première création théâtrale en vedette dans la comédie de Neil Simon, "Pied nus dans le parc", sous la direction de Mike Nichols. Au cinéma, il alterne les rôles comiques (Situation désespérée... mais pas sérieuse) et dramatiques (Daisy Clover, La poursuite impitoyable), et tourne, sous la direction de Sydney Pollack (dont il deviendra l'interprète fétiche avec au total sept films en commun), Propriété interdite.

Américain idéal par excellence, alliant charme et beauté au regard de tous les canons habituels, il triomphe un peu plus tard dans Butch Cassidy et le Kid, formant avec Paul Newman le tandem de séducteurs hollywoodiens le plus classieux des années 60. Redford monte alors sa maison de production, Wildwood Enterprises, sous la bannière de laquelle il tient son premier rôle d'anti-héros dans La descente infernale. Axé autour du sport de compétition, le film est le premier d'une série dans laquelle le comédien s'interroge sur l'idéologie du succès (Gatsby le magnifique, Le meilleur), du pouvoir (Les hommes du président), le culte de l'individualisme (Nos plus belles années), le système carcéral (Brubaker), l'éthique des médias (Le cavalier électrique, Personnel et confidentiel)...

En 1980, le comédien réalise son premier film, Des gens comme les autres, un drame familial autour de la mort et du deuil, qui remporta, entre autres, les Oscars du Meilleur film, de la Meilleure mise en scène et du prix de la Directors Guild of America.
Suivront des films souvent axés autour de la nature et de la cause écologique, comme Milagro ou Et au milieu coule une rivière (cité au Golden Globe du meilleur réalisateur). Robert Redford a également produit ou commenté bon nombre de documentaires ou courts métrages sur la préservation de la vie naturelle et la défense de la culture indienne, dont "Incident à Oglala", réalisé par Michel Apted. Auteur d'un ouvrage sur les légendes de l'Ouest, "La piste des hors-la-loi", il a joué un rôle-clé dans l'élaboration de plusieurs décrets pour la protection de l'environnement, dont le "Clean Air Act" (1974-1975) et l'"Energy Conservation and Production Act" (1974-1976), et a crée en 1983 l'Institute for Research Management, qui patronne des conférences et rencontres sur les problèmes de l'environnement. Il a en outre reçu de nombreuses récompenses pour ces multiples activités.

En tant que réalisateur sur le tournage de "La légende de Bagger Vance" avec Matt Damon.
Récompensé par l'Oscar du Meilleur Film pour "Des gens comme les autres".

La réalisation ne l'empêche pas de continuer son métier d'acteur et en plus de ses propres films, on le retrouve notamment dans Proposition indécente (1993) d' Adrian Lyne avec Demi Moore et Personnel et confidentiel (1996) de Jon Avnet avec Michelle Pfeiffer.

En 1981, suivant son projet Sundance, destiné à développer le potentiel touristique de l'Utah, Robert Redford fonde le Sundance Institute, un atelier de création et de réflexion pour réalisateurs et comédiens, sur lequel viendra se greffer le fameux Sundance Film Festival, prestigieux festival du film indépendant américain, tout-puissant aujourd'hui et où les majors viennent pêcher leurs futurs réalisateurs.

Présentateur lors du Sundance Film Festival.

Côté coeur, il a épousé le 12 décembre 1958, Lola jean Van Wagenen, avec qui il a eu 4 enfants : Shauna, James, Amy, et David.

En compagnie de sa femme Lola qu'il a épousé en 1958.
En compagnie d'un de ses fils, James.

En 2002, il a reçu un Oscar d'Honneur pour l'ensemble de sa carrière.
En compagne de sa dernière femme, Sibylle Szaggars qu'il a épousé en 2009.

Très pris par ses activités liées au Festival du film indépendant de Sundance, il accepte toutefois de jouer les agents de la CIA dans "Spy game" (2002), un officier militaire emprisonné dans "Le dernier château", un homme d'affaires kidnappé dans "L'enlèvement" (2004) ainsi qu'un fermier à la retraite endurci par la mort de son fils dans "Une vie inachevée" (2005). En décembre 2005, il reçoit les honneurs du Kennedy Center pour sa participation à la culture américaine.

Fervent libéral, il revient à la réalisation en 2007 avec un thriller politique, "Lions et agneaux" où il joue également aux côtés de Tom Cruise et Meryl Streep.

Il est passé devant l'autel le 11 juillet 2009 à Hambourg. Le comédien, âgé de 71 ans, a épousé en secondes noces sa compagne depuis 1996, Sibylle Szaggars, de 20 ans sa cadette.

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

Lions et agneaux (2007) de Robert Redford
Une vie inachevée (2005), de Lasse Hallström  
L'Enlèvement (2004), de Pieter Jan Brugge   
Le Dernier château (2001), de Rod Lurie  
Spy game, jeu d'espions (2001), de Tony Scott  
L'Homme qui murmurait a l'oreille des chevaux (1998), de robert redford
Personnel et confidentiel (1995), de Jon Avnet  
Proposition indécente (1992), de Adrian Lyne  
Les Experts (1992), de Phil Alden Robinson  
Havana (1990), de Sydney Pollack  
L'Affaire Chelsea Deardon (1986), de Ivan Reitman  
Out of Africa - Souvenirs d'Afrique (1985), de Sydney Pollack  
Le Meilleur (1984), de Barry Levinson  
Brubaker (1980), de Stuart Rosenberg  
Le Cavalier électrique (1979), de Sydney Pollack  
Un pont trop loin (1977), de Richard Attenborough  
Les Hommes du president (1976), de Alan J. Pakula  
Les Trois jours du Condor (1975), de Sydney Pollack  
La Kermesse des aigles (1974), de George Roy Hill  
Gatsby le magnifique (1974), de Jack Clayton  
Nos plus belles années (1973), de Sydney Pollack  
L'Arnaque (1973), de George Roy Hill  
Les Quatre malfrats (1972), de Peter Yates  
Jeremiah Johnson (1971), de Sydney Pollack  
Votez McKay (1971), de Michael Ritchie  
L'Ultime randonnée (1970), de Sidney J. Furie  
Butch Cassidy et le Kid (1969), de George Roy Hill  
Willie Boy (1969), de Abraham Polonsky  
La Descente infernale (1969), de Michael Ritchie  
Pieds nus dans le parc (1967), de Gene Saks  
Propriété interdite (1966), de Sydney Pollack  
La Poursuite impitoyable (1966), de Arthur Penn  
Situation désespérée mais pas sérieuse (1965), de Gottfried Reinhardt  
Daisy Clover (1965), de Robert Mulligan  
La Guerre est aussi une chasse (1962), de Denis Sanders  

Réalisateur

Lions et agneaux (2007)
La Légende de Bagger Vance (2000)  
L'Homme qui murmurait a l'oreille des chevaux (1998)  
Quiz Show (1994)  
Et au milieu coule une rivière (1992)  
Milagro (1988)  
Des gens comme les autres (1980)  

Producteur
Carnets de voyage (2003), de Walter Salles  
Aloft (2003)  
La Légende de Bagger Vance (2000)
Prejudice (1998), de Steven Zaillian  
L'Homme qui murmurait a l'oreille des chevaux (1998)
Quiz Show (1994)
Et au milieu coule une rivière (1992)
Milagro (1988)

Producteur exécutif
Influences (2002), de Daniel Algrant  
Love in the time of money (2002), de Peter Mattei  
Comment tuer le chien de son voisin (2000), de Michael Kalesniko  
Les Taudis de Beverly Hills (1998), de Tamara Jenkins  
Quitte ou double (1998), de Edward Burns  
Slums of Beverly Hills (1997), de Tamara Jenkins  
Petits mensonges entre frères (1996), de Edward Burns  
Le Vent sombre (1991), de Errol Morris  
Incident a Oglala (1991), de Michael Apted  
Promised Land (1988), de Michael Hoffman  
Some girls (1988), de Michael Hoffman  
The Solar Film (1981), de Saul Bass

 

 

 


  Extrait de "L'arnaque".

 


Extrait de "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux".

 


AFFICHES DE FILMS