Musical

1983

Film américain


PRINCIPAUX INTERPRETES


Jennifer Beals
(Alex Owens)

MIchael Nouri
(Nick Hurley)

Sunny Johnson
(Jeanie Szabo)

Kyle T. Heffner
(Richie)

Lilia Skala
(Hannah Long)

PHOTOS









 




HISTOIRE

Dans le froid de Pittsburgh, Alex rêve d’intégrer une école de danse classique prestigieuse et plus tard une compagnie proffessionnelle, mais en attendant pour payer son loyer elle est soudeuse le jour et erotico-danseuse la nuit. Elle va trouver un soutien inattendu en la personne de son patron devenu son petit ami.

 

SECRETS DE TOURNAGE

Après plusieurs échecs aux Etats-Unis, le réalisateur britannique Adrian Lyne accepte de porter à l'écran le scénario de "Flashdance" avec un petit budget. Le film remporte un succès inattendu aux Etats-Unis et en Europe et permet au cinéaste d'enchaîner sur un autre film culte, "9 semaines et demi" avec Kim Basinger et Mickey Rourke.

Les célèbres producteurs, Don Simpson et Jerry Bruckeimer, collaborent pour la première fois à cette époque. Par la suite, ils produiront : "Le flic de Beverly Hills", "Top Gun", "Bad boys", "The rock"...

C''est Jeffrey Hornaday qui a signé les chorégraphies du film. Par la suite, il règlera également les scènes de danse de "Chorus Line" de Richard Attenborough en 1985.

Afin de trouver l'actrice qui interpréterait le rôle d'Alex, un casting national fut organisé. Les trois finalistes furent Jennifer Beals, Lesley Wing et Demi Moore.


Marine Jahan

Sharon Shapiro

Crazy Legs
Pour toutes les scènes de danse, Jennifer Beals est doublée par Marine Jahan, une danseuse française, à l'exception de la scène de l'audition finale où, en dehors des scènes de danse effectuées par Marine, c'est Sharon Shapiro qui vole dans les airs, et Crazy Legs qui effectue le breakdance pour la toupie au sol.

Certaines scènes de danse sont devenues cultes : celle de la première chorégraphie d'Alex ou encore celle de l'audition ; elles ont été reprises de nombreuses fois dans différents films ou clips musicaux.

La bande originale du film s'est vendue dans le monde à plus de vingt millions de copies dont 700 000 dans les deux semaines qui ont suivi la sortie du film aux Etats-Unis. Deux chansons ont connu un succès particulier : "What a Feeling" interprété par Irène Cara (l'interprète de "Coco" dans le film et la série "Fame") et "Maniac" par Michael Sembello.

Le film a remporté les distinctions suivantes :

- Le Golden Globe de la meilleure musique de film pour Giorgio Moroder,

- Le Golden Globe et l'Oscar de la meilleure chanson originale pour "What a feeling" interprété par Irène Cara.


Irène cara et l'Oscar de la meilleure chanson pour "What a feeling".


Giorgio Moroder, le célèbre compositeur de musiques de films (American gigolo, Midnight express, Scarface, l'histoire sans fin, Electric dreams), a aussi collaboré en tant que compositeur ou producteur avec David Bowie, Donna Summer, Blondie, Freddie Mercury, Kenny Loggins, Elton John...

Michael Sembello est un guitariste et auteur-compositeur-interprète américain. Il est essentiellement connu du grand public en Europe pour avoir écrit et interprété l'un des titres phares de la bande originale du film "Flashdance". Ce titre, Maniac, connaîtra un succès mondial, dans le sillage du film. Il a collaboré avec de nombreux artistes de renommée internationale, dont Stevie Wonder, Michael Jackson, les Jackson Five, Diana Ross, Barbara Streisand, Nick Kamen..



L'AVIS DE "CIN & TOILES"

Je recommande ce film pour tous les nostalgiques des années 80 qui retrouveront avec plaisir une bande son fantastique qui en a fait danser plus d'un. Même si elle est doublée dans les scènes de danse, Jennifer Beals est remarquable dans le rôle d'Alex. Un film musical culte au même titre que "Dirty dancing", "Footloose" "La fièvre du samedi soir"ou "Grease".



Fiche technique



 
Scénario Joe Eszterhas/Tom Hedley/Thomas Hedley Jr
Directeur de la photographie Donald Peterman
Musique Giorgio Moroder
Production Jerry Bruckheimer/Don Simpson
Distribution Paramount pictures / Polygram filmed entertainment
Durée 1 h 34

Autres interprètes

Tina Tech Cynthia Rhodes
Frank Szabo Phil Buns
Rosemary Szabo Micole Mercurio
Johnny C. Lee Ving
Cecil Malcom Danare
Katie Hurley Belinda Bauer


JENNIFER BEALS

De "Flashdance" à "Lie to me"



Née à Chicago le 19 décembre 1963, Jennifer Beals a connu des débuts tonitruants au cinéma. Repérée pour son physique avantageux, ses yeux de biche, et sa fraîcheur, elle suscite l'intérêt des producteurs. Après une première apparition au cinéma dans "My bodyguard" où elle n'est pas créditée, elle est enfin révélée dans son premier film : "Flashdance". Alors qu'elle est encore étudiante en littérature américaine à Yale, le film connaît un succès sans précédent. Son double rôle de sidérugiste le jour et de danseuse la nuit, la propulse au devant de la scène. Sa popularité décline cependant quand les médias rapportent que ses scènes de danse ont été réalisées par une doublure.
Elle joue par la suite le rôle de la fiancée de Frankestein dans "The bride" (1985) aux côtés de Sting, un remake grand public du classique "La fiancée de Frankenstein" qui est un échec cuisant. Ce film annonce le déclin de sa carrière naissante. Après quoi, elle apparaît de façon irrégulière à l'écran se concentrant davantage sur ses cours d'art dramatique.
Au milieu des années 80, elle épouse une figure du cinéma indépendant, Alexandre Rockwell, qui l'a fait tourner dans plusieurs de ses films dont "In the soup" (1992) qui obtient le Grand Prix du Jury au festival de Sundance et Le Prix du Public au festival de Deauville et qui lui permet de revenir sur le devant de la scène. Elle se fait également remarquer dans "Mrs Parker et le cercle vicieux"(1994) et dans "Le diable en robe bleue" où elle joue une femme fatale face à Denzel Washington. En 1995, elle tourne dans "Four rooms" un film qui se divise en quatre parties, réalisées par Quentin Tarantino, Robert Rodriguez et Alexandre Rockwell entre autres. A la fin des années 90, elle joue surtout dans des téléfilms mais aussi des séries, comme "The Spree" (1998).
Les années 2000 lui offrent des rôles majeurs dans des satires d'Hollywood comme "The anniversary party" (2001) et l'adaptation du livre de John Grisham "Le maître du jeu" (2003). Mais, c'est par l'intermédiaire de la télévision que l'actrice revient sur le devant de la scène en acceptant l'un des rôles clés de la provocante "The L. Word", série s'intéressant à un groupe de lesbiennes de Los Angeles. Pendant six saisons, elle interprète la fascinante Bette Porter, une femme de pouvoir et une séductrice ayant tendance à vouloir tout contrôler. Après l'arrêt du show, elle apparaît dans quelques épisodes de la série "Lie to me" aux côtés de Tim Roth, avant de décrocher en 2011 l'un des rôles réguliers de "The Chicago code".