Guerre

1998

Film américain

 

PRINCIPAUX INTERPRETES


Tom Hanks
(Capitaine Miller)

Tom Sizemore
(sergent Horvath)

Edward Burns
(soldat Reiben)

Barry Pepper
(soldat Jackson)

Vin Diesel
(soldat Caparzo)

Matt Damon
(soldat James Ryan)

PHOTOS



 


 




 

HISTOIRE

Nous sommes le 6 juin 1944. Sous le feu de l'artillerie allemande, les Américains débarquent à Omaha Beach. Dans le vacarme et la mitraille, le capitaine Miller voit en quelques minutes disparaître une bonne partie de sa compagnie. Mais à peine sorti de cette épreuve, on lui confie une mission : ramener sain et sauf le soldat James Ryan, dont les trois frères viennent d'être tués au combat en l'espace de quelques jours. La première difficulté est de le localiser, parachuté quelque part en Normandie. Miller choisit parmi ses hommes les six en qui il a le plus confiance : son fidèle second le sergent Horvath, Jackson , Wade, Caparzo, Mellish et Reiben. On lui affecte également comme interprète le caporal-chef Upham. D'emblée, Reiben manifeste son opposition : selon lui, il est absurde de risquer la vie de huit soldats pour en sauver un seul. Son ressentiment est bientôt partagé par ses compagnons quand, dans un village occupé par les Allemands, Caparzo tombe sous les balles d'un tireur embusqué. Plus tard, ce sera le tour de Wade, blessé lors de l'attaque d'un nid de mitrailleuses et qu'il faudra achever à la morphine. Lorsqu'ils croient avoir enfin trouvé Ryan au sein de la compagnie du capitaine Hamill, il s'agit en fait d'un autre Ryan, dont les frères sont bien vivants. Ils apprennent alors que celui qu'ils cherchent se trouve à Ramelle, un bourg détruit par les bombardements et convoité par l'ennemi à cause de son pont stratégique. Au terme d'une progression risquée à travers le bocage normand, les membres de l'escouade arrivent enfin à destination. À leur grande surprise, Ryan refuse de les suivre, préférant rester avec ses camarades. Miller et ses hommes décident alors de les aider à défendre le pont. Au cours de l'attaque allemande, presque tous périront hormis Reiben qui en réchappera, de même que Upham et aussi Ryan, auquel Miller, avant d'expirer, demandera de se montrer digne, à l'avenir, de tant de sacrifices. Des années plus tard, dans un cimetière militaire en Normandie, le vétéran Ryan, bouleversé, vient se recueillir sur la tombe de Miller.

SECRETS DE TOURNAGE

Titre original : "Saving Private Ryan".

Le scénariste Robert Rodat s'inspira des ouvrages de l'historien et spécialiste de la deuxième guerre mondiale Stephen E. Ambrose.

Avec ce film, Steven Spielberg prend une nouvelle fois la guerre comme toile de fond après 1941, L'empire du soleil, toute la série des Indiana Jones et La liste de Schindler. Pour Il faut sauver le soldat Ryan, Spielberg prend le parti de l'ultra réalisme, notamment dans les scènes de combat du début où la caméra passe au plus près des visages blêmes et des corps démembrés, couleurs passées, bruit continu des mitraillettes.... La guerre dans toute son horreur. De ce fait, les vingt-cinq premières minutes reconstituant le débarquement en Normandie (ou D-Day) sont parmi les plus dures du Septième Art.
Le film est partiellement inspirée d'une histoire vraie : celle des frères Sullivan, des soldats américains morts au combat sur le même bâtiment de l'U.S. Navy dans le Pacifique.

Steven Spielberg dirigeant les acteurs du film.
Spielberg en compagnie de Tom Hanks.

La séquence reproduisant le débarquement à Omaha Beach fut élue « meilleure scène de bataille de tous les temps » par le magazine anglais Empire. Filmée en Irlande (originellement Steven Spielberg souhaitait filmer la majeure des scènes extérieures en Normandie mais a dû y renoncer pour des raisons fiscales, seule la séquence dans le cimetière américain de Colleville-sur-mer y a été tournée), la scène a coûté 11 millions de dollars et impliqua plus de
1 000 figurants qui étaient pour la plupart des réservistes de l'armée irlandaise. Les barges de débarquement incluaient deux exemplaires de la Seconde Guerre mondiale. Vingt à trente personnes amputées furent figurantes pour jouer les soldats grièvement blessés lors de ce débarquement. Des caméras sous-marines furent utilisées pour montrer les soldats, dans l'eau, touchés par les rafales allemandes (on estime que plus d'un quart des pertes américaines à Omaha sont dues aux noyades).

Pour anecdote, le bruit si réel des balles pénétrant dans la chair est signé Gary Rydstrom (Jurassic Park, Titanic... ), lequel a enregistré des impacts de balle dans des carcasses d'animaux de boucherie.
2000 armes (réelles ou fictives) ont été utilisées pour le tournage de la scène du débarquement.

Afin de préparer à leurs rôles les huit acteurs sous les ordres de Miller alias Tom Hanks, le capitaine Dale Dye, conseiller militaire du film, les soumit à dix jours d'un entraînement à la dure (marches forcées avec 20 kg de matériel sur le dos, nuits à la belle étoile sous la pluie et dans le froid), si réel que sept des comédiens se révoltèrent mais Tom Hanks réussit à les convaincre de continuer.
Les équipements portés par les acteurs du film sont autentiques. Le réalisateur voulait que ses comédiens ressentent le poid des armes, des sacs de combat et des rangers d'époque pour que leurs mouvements soient les plus fidèles possible à ceux des soldats de 1944.

Avec 4 130 597 entrées en France, ce film est l'un des dix plus grands succès de l'année 1998. Aux Etats-Unis, il a rapporté plus de 215 millions de dollars et plus de 475 millions au box-office mondial.

Ce film a obtenu diverses récompenses :

- 1 nomination au César du Meilleur Film Etranger en 1999.
- 5 oscars en 1999 : Meilleur Réalisateur, Meilleure Photographie, Meilleur Montage, Meilleur Son et Meilleur Montage Sonore.
- 2 Golden Globes en 1999 : Meilleur Film Dramatique et Meilleur Réalisateur.
- 1 Grammy Award pour la bande originale du film composée par John Williams.

Parallèlement, Spielberg a été élu pour la troisième fois Meilleur Réalisateur par la Guild of America et a obtenu “The Spirit of Normandy”, une récompense du mérite décernée par Washington, ainsi que la plus haute distinction civile du Département de l'Armée.

EDWARD BURNS

"Acteur, Réalisateur, Producteur et Scénariste
"


Cet artiste complet est né le 29 janvier 1968 à Woodside (Etats-Unis). Après des études cinématographiques au Hunter College de Manhattan où il s'initie à l'écriture de scénarios, Edward Burns commence par réaliser quelques courts métrages. En 1995, il fonde avec son frère Brian Burns la société Irish Twin Productions qui lui permet de réaliser son premier long métrage : "Les frères McMullen". Une production indépendante immédiatement couronnée de succès, puisqu'elle remporte le Grand Prix du Jury au Festival de Sundance. En 1996 il récidive devant et derrière la caméra avec "She's the one" aux côtés de Cameron Diaz. C'est en 1998 que le grand public va commencer à le connaître lorsqu'il interprète le soldat Richard Reiben dans "Il faut sauver le soldat Ryan". En 2001, il fait équipe avec Robert De Niro pour stopper de dangereux psychopathes dans le thriller "15 minutes". En 2001 toujours, Edward repasse derrière la caméra pour la comédie romantique : "Coup de foudre à Manhattan" dans lequel il joue encore une fois. En 2002, la comédie romantico/dramatique pointe à nouveau le bout de son nez dans la vie d'Edward puisqu'il partage l'affiche de "7 jours et une vie" avec Angelina Jolie. En 2003 Edward rejoint le casting du thriller "Confidence" aux côtés de Dustin Hoffman. En 2006 il partage l'affiche de la comédie romantique "The Holiday" avec de nouveau Cameron Diaz. Rayon séries TV, Edward développe avec sa femme et Spielberg en 2006 une nouvelle série "made in Fox" sur le monde impitoyable de la mode !



L'AVIS DE "CIN & TOILES"

Un grand film d'un extrême réalisme qui nous fait réaliser l'absurdité de la guerre et revivre les instants d'horreur qu'ont pu vivre tous ces hommes enbarqués dans le second conflit mondial. La première demi-heure du film est à la limite de l'insoutenable mais il faut le voir pour comprendre. Steven Spielberg rend ainsi hommage à tous ces soldats morts au combat grâce à une habile reconstitution de cette triste période et une brochette d'acteurs qui des premiers aux seconds rôles sont remarquables. Un des meilleurs films de ce réalisateur de génie !






Fiche technique


 
Scénario Robert RODAT
Directeur de la photographie Janusz KAMINSKI
Musique John WILLIAMS
Production Ian BRYCE, Mark GORDON,
Gary LEVINSOHN - Mutual Film /
DreamWorks / Amblin / Paramount
Distribution UIP
Durée 2 h 50

Autres interprètes

Le soldat Mellish Adam GOLDBERG
Le médecin Wade Giovanni RIBISI
Le caporal-chef Upham Jeremy DAVIES
Le capitaine Hamill Ted DANSON
Le lieutenant-colonel Anderson Dennis FARINA

BAND OF BROTHERS - FRERES D'ARMES

Fort du succés du film, Steven Spielberg et Tom Hanks se sont retrouvés pour un projet qui rassemble les éléments les plus significatifs d' Il faut sauver le soldat Ryan sous la forme d' une série tournée avec les moyens du cinéma. En tant que producteurs exécutifs, ils explorent toute la dimension humaine de la Seconde Guerre mondiale, qu'ils avaient amorcée dans le film, à travers l'évocation du quotidien sur les tranchées d' un régiment de paras yankees. Si l'on ne retrouve aucun des personnages de "Ryan", les effets de la mise en scène utilisés dans le long métrage ont été dans l'ensemble conservés.


VIN DIESEL
La révélation du film



Né le 18 juillet 1967 à New York, Vin Diesel de son vrai nom Mark Vincent, a été élevé par une mère astrologue et un père adoptif professeur et directeur de théâtre. Il monte sur les planches dès l'âge de sept ans dans le quartier new-yorkais de Greenwich Village. Tout en continuant le théâtre, avec la troupe de son père puis à Broadway, il étudie l'anglais et l'écriture artistique à l'Université de Hunter. Doté d'un physique impressionnant, il devient parallèlement videur dans certains établissements huppés de New York. En 1994, Vin Diesel se tourne résolument vers le cinéma en écrivant, produisant, réalisant et interprétant son court métrage Multi-facial. Après un premier long remarqué, Strays, présenté au Festival de Sundance en 1997, il est contacté par Steven Spielberg pour le rôle d'Adrian Caparzo dans Il faut sauver le soldat Ryan. Sa carrière lancée, il prête sa voix rauque au dessin animé Géant de fer (1999) puis s'illustre dans le drame indépendant Les initiés, primé à Deauville en 2000, et le film de science-fiction Pitch Black. Là, il incarne l'anti-héros nyctalope Richard Riddick, un rôle qu'il reprendra trois ans plus tard pour les besoins des Chroniques de Riddick. En 2001, il connaît un véritable triomphe avec le vrombissant Fast and furious, qui remporte 144 millions de dollars aux Etats-Unis pour un budget cinq fois moindre. Une réussite qui lui vaut l'entrée dans le club des acteurs au cachet s'élevant à plus de 10 millions de dollars par film, et le développement de nombreux projets sur son seul nom. En 2002, il enrichit sa collection de rôles musclés avec le film d'action XXX et le polar Un homme à part. Trois ans après, l'acteur s'essaie à la comédie avec Baby Sittor et Jugez moi coupable de Sidney Lumet, mais le public le plébiscite davantage dans un registre physique comme le prouvent sa collaboration avec Matthieu Kassovitz pour le futuriste Babylon A.D et son retour dans la saga Fast and furious avec deux nouveaux épisodes, Fast and furious 4 et Fast and furious 5.