Comédie

1966

Film français

 

PRINCIPAUX INTERPRETES


Bourvil
(Augustin Bouvet)


Louis de Funès
(Stanislas Lefort)

Terry Thomas
(Sir Reginald)

Claudio Brook
(Peter Cuningham)

Mike Marshall
(Alan Mac Intosh)

Marie Dubois
(Ginette)

PHOTOS


 



 


 




HISTOIRE

Un avion anglais est abattu au-dessus de Paris. Ses trois occupants sautent en parachute : Peter Cunningham tombe sur l'échafaudage d'Augustin Bouvet, peintre en bâtiment ; Alan Mac Intosh se pose sur le toit de l'Opéra pendant la répétition de l'orchestre, dirigé par Stanislas Lefort ; Sir Reginald fait un plongeon dans le bassin aux phoques du zoo. Tandis que la police allemande, sur les ordres du major Achbach, se lance à leur recherche, Stanislas et Augustin prennent en charge bien malgré eux leurs aviateurs respectifs et se retrouvent au hammam, où les Anglais s'étaient donné rendez-vous. Pour mieux passer inaperçus, Augustin et Reginald "empruntent" des uniformes allemands et vont récupérer Peter caché au spectacle de Guignol grace à Ginette, qui leur fournit un moyen de gagner la "zone libre". Lorsque les Allemands trouvent le parachute dans la loge de Stanislas, celui-ci, compromis, doit fuir à son tour. Dans le train qui les emmène vers la Bourgogne, Peter est arrêté. Il est conduit à la Kommandantur de Meursault. Augustin, Stanislas et leurs protégés dérobent une voiture postale. Après bien des péripéties, ils sont recueillis par soeur Marie-Odile aux Hospices de Beaune. Pour leur faire franchir la ligne de démarcation, elle les cache dans des tonneaux, qui, hélas, sont livrés par méprise à la Kommandantur de Meursault, où ils seront du reste bientôt rejoints par Augustin et Stanislas déguisés en allemands. Il ne leur restera plus qu'à mettre le feu au bâtiment et à sauter dans le chariot de soeur Marie-Odile, qui les emmènera au galop vers un aéroclub désaffecté. Là, à bord de planeurs en piteux état, ils franchiront enfin les derniers obstacles.

 

SECRETS DE TOURNAGE

A l'origine , Gérard Oury avait vendu au producteur Henry Deutchmeister, un scénario où deux jumelles font traverser la France à l'équipage d'un bombardier britannique abattu par la Flak. Le réalisateur récupéra les droits du projet et substitua Bourvil et De Funès aux deux sťurs. De ce scénario originel ne subsiste que la séquence des Hospices de Beaune.

Avec ses 17 267 000 spectateurs, "La Grande Vadrouille" , sorti en décembre 1966, a longtemps été le numéro 1 du box-office français. Il faudra attendre 1998, et les 2O millions d'entrées de "Titanic" , de James Cameron, pour que le record soit battu. Le film de Gérard Oury reste le plus gros succès public de l'Histoire du cinéma français.
Le film connut un succès international, y compris en Allemagne où il fut la première comédie présentée à l'écran consacrée à la seconde guerre mondiale.
Cette comédie a obtenu le prix de l'Ecran d'Or à Berlin (1977) et a été nominée à l'Oscar du Meilleur Film Etranger.

Tout fut mis en oeuvre lors de la préparation et de la réalisation, sans oublier le budget (trois fois celui du Corniaud, le plus élevé pour un film français à cette époque) pour mettre en valeur l'étonnante complémentarité des deux acteurs, dont De Funès disait : "Bourvil avait quelque chose de plus. Un je ne sais quoi de tendresse qui ajoutait à son jeu. Moi, je n'ai qu'un seul registre mais les ressources sont grandes".





Danièle Thompson
Ce film marque les débuts de Danièle Thompson, fille de Gérard Oury, comme scénariste. Par la suite, elle coécrira tous les films de son père jusqu'à "Vanille fraise" , en 1989. Elle réalisera son premier film, "La bûche" en 1999.

Dans le film, Louis de Funès joue le rôle d'un chef d'orchestre. Et c'est l'acteur lui-même qui a dirigé La Marche hongroise , extraite de La Damnation de Faust , d' Hector Berlioz, à la grande surprise des musiciens du Palais-Garnier. Pour cela, il a répété trois mois devant la glace de son salon et a pris quelques leçons avec le directeur de l'Orchestre national.

La scène durant laquelle Louis De Funès se retrouve sur les épaules de Bourvil et est baladé par celui ci n'étais pas prévu à l'origine dans le scénario et était de la pure improvisation des deux artistes. Mais elle eut tant de succès qu'elle servit pour la réalisation de l'affiche du film, et est aujourd'hui considérée comme une des plus grandes scènes du cinéma comique francais. L'ensemble de cette séquence a été tournée dans le chaos de Montpellier-Le-Vieux.

Lors de la poursuite entre les Allemands et les héros, le motard qui reçoit la citrouille et chute n'est autre que Rémy Julienne, l'un des cascadeurs du film. Suite à la disparition de Gil Delamare, le responsable des cascades du film, Rémy fût par la suite chargé de toutes les actions voitures et motos du film.

MIKE MARSHALL

Le rôle d'Alan McIntosh est tenu par Mike Marshall, qui n'est autre que le fils de l'actrice Michèle Morgan, compagne de Gérard Oury. Son père est le réalisateur et acteur Bill Marshall. Né le 13 septembre 1944 aux Etats-unis pendant la brève carrière américaine de sa mère durant la Deuxième Guerre mondiale, il est élevé par son père après le divorce de ses parents. Il fait des études de droit en Californie puis débute à l'écran à 17 ans dans un film de son père "The phantom planet". En 1963, il s'installe en France et en acquiert la nationalité. Il a surtout été cantonné à des seconds rôles, dans une trentaine de films au cinéma, et une douzaine de téléfilms ou séries télévisées. Il est le père de six enfants, dont Sarah Marshall, mannequin, ayant fait ses débuts comme actrice en 2001. Il est décédé le 2 juin 2005 à Caen (Calvados) des suites d'un cancer à l'âge de 60 ans.


TERRY THOMAS

"Comique anglais
au cinéma, à la radio
et au music-hall"


Une des raisons du succès du film en dehors de l'hexagone tient à la présence de l'acteur Terry Thomas. Il est connu en Angleterre par le biais des rôles qu'il a joués dans les comédies des frères Boulting dans les années 50. En France, c'est "La grande vadrouille" qui l'a fait connaître. Gérard Oury l'a choisi pour le rôle de Sir Réginald entre autres "pour son visage jovial et de l'écart entre ses dents de devant !" Terry Thomas nous a quitté en 1990.

Tourné en extérieur à Paris, à Vézelay, dans le Morvan, aux hospices de Beaune, à Meursault (Côte d'Or), et en Lozère, ce film offre la particularité d'utiliser l'unique bombardier Lancaster conservé par la Royal Air Force.

Il est encore possible de voir la carcasse de la voiture ayant servi à la cascade finale avec les planeurs près de l'aérodrome de Mende-Brenoux en Lozère. Il en est de même pour le planeur de la cascade finale à Albert (Somme) au Musée privée de l'épopée aéronautique.

L'AVIS DE "CIN & TOILES"

Une comédie devenue culte pour des millions de français ! Un style maintes fois copié mais jamais égalé. On rit du début jusqu'a la fin avec bourvil-louis de funes qui forment un duo plus que comique où ils campent deux personnages touchants et droles ! je me souviens notamment de la scène (a vous faire mourir de rire) qui était l'échange de chambres à l'hôtel du Globe. Un film incontournable a voir et a revoir avec toujours autant de plaisir !




Fiche technique

Adaptation
Gérard OURY, Marcel JULLIAN et Danièle THOMPSON
Dialogues
Georges et André TABET
Directeur de la photographie
Claude RENOIR (Eastmancolor)
Musique
Georges AURIC
Production
Les Films Corona
Distribution
Valoria Film
Durée
2 h 02

Autres interprètes

Le major Achbach Benno STERZENBACH
Soeur Marie-Odile Andréa PARISY
La mère supérieure Mary MARQUET
Mme Germaine Colette BROSSET


Louis De Funès et Bourvil pendant le tournage.

MARIE DUBOIS

De son vrai nom Claudine Huzé, l'interprète de Ginette, est née le 12 janvier 1937, à Paris. Après des études au lycée Hélène Boucher, elle suit les cours d'art dramatique du Centre de la rue Blanche et du Conservatoire de Paris, avec Henri Rollan comme professeur. Sortie en 1958 avec un accessit de comédie classique et de comédie moderne, elle fait ses débuts, dans "Hyménée " et "le Misanthrope ", avant de jouer à Paris dans " Les Sorcières de Salem ", " Je vivrai un Grand Amour " et " Boeing-Boeing ". C'est à la télévision où elle interprète de nombreuses dramatiques qu'elle est remarquée par François Truffaut qui l'engage pour "Tirez sur le pianiste" et qui la baptise du nom de Marie Dubois, celui de l'héroïne d'un roman d'Audiberti. Avec Truffaut, Godard et Rohmer, Marie Dubois participe aux premiers films de la " Nouvelle Vague ", sans pour cela abandonner le théâtre et la télévision. Romantique et moderne à la fois, ses rôles dans "La maison des Bories" ou "Vincent, François, Paul et les autres" contribuent à la rendre populaire. Elle a reçu le prix Suzanne Bianchetti (1963) et le César 1977 du Meilleur second rôle féminin pour son interprétation dans "La menace". Souffrant de sclérose en plaques, elle est engagée depuis 2001 contre la maladie, notamment par le biais de spots de sensibilisation avec l'UNISEP.


Scène culte dans laquelle Bourvil et De Funès se retrouvent dans un bain turc à la recherche de "Big moustache" tout en fredonnant la chanson "Tea for two".