Science-fiction

1968

Film américain


PRINCIPAUX INTERPRETES


Charlton Heston
(George Taylor)

Roddy McDowall
(Cornélius)

Kim Hunter
(Zira)

Maurice Evans
(Docteur Zaïus)


Linda Harrison
(Nova)

PHOTOS


 




 


 





HISTOIRE

Un engin spatial américain, égaré dans l'espace-temps, s'écrase en 3978 sur une planète inconnue. Les trois astronautes Taylor, Landon et Dodge découvrent que cette planète mystérieuse est habitée par des humains à l'état primitifs et par des singes très évolués. Dodge est abattu par les singes et Taylor est fait prisonnier. Un couple de jeunes savants, Zira et Cornelius est persuadé que Taylor est le fameux " chaînon manquant " de l'histoire de l'évolution mais le docteur Zaius estime que Taylor représente un danger pour les singes. Pour prouver la véracité de leurs théories, Zira et Cornelius font évader Taylor et se dirigent vers la zone interdite. Taylor fait prisonnier Zaius qui reconnaît être arrivé au même résultat que Cornelius et Zira : les singes descendent des hommes. Taylor se demande quel phénomène a pu bouleverser la Terre et il comprend soudain avec horreur que la planète sur laquelle il se trouve, "la Planète des Singes" est en fait... la Terre du futur, dévastée par des guerres atomiques.

 

SECRETS DE TOURNAGE

Titre original : "Planet of the apes".

La Planète des singes est l'adaptation du roman du Français Pierre Boulle. C'est sa seconde oeuvre transposée au cinéma après Le pont de la rivière Kwaï en 1957 et Le point de mire (adapté du roman Le photographe) en 1977.
Pierre Boulle a vendu à Arthur P. Jacobs, producteur, les droits de "La planète des singes" avant même que le roman ne soit publié. Le producteur a passé 4 ans à tenter de convaincre, sans succés, les grandes compagnies, jusqu'à ce que Richard Zanuck s'intéresse au projet. Comme Pierre Boulle l'a accepté, le récit est entièrement modifié, le final étant encore plus imprévu que dans le roman d'origine.

La réalisation devait initialement échoir à Blake Edwards ("Diamants sur canapé", "La panthère rose"), mais Charlton Heston aurait imposé Franklin J. Schaffner, qui l'avait précédemment dirigé dans "Le seigneur de la guerre". Le film a nécessité un budget de près de 6 millions de dollars.


Pierre Boulle (1912-1994),
écrivain français, créateur du roman qui a inspiré le film.

Franklin J. Schaffner, le réalisateur (1920-1989)

Le triomphe public du film incita le producteur Arthur P. Jacobs à en profiter et on vit successivement : "Le secret de la planète des singes" (1970), "Les évadés de la planète des singes" (l971), "La conquête de la planète des singes" (1972) et "La bataille de la planète des singes" (1973). Il y eut également deux séries télévisées (en 1974 et en 1975/1976), qui furent également produites ainsi qu'un téléfilm ("Retour sur la planète des singes" en 1981) ; ce qui permit d'utiliser les masques et les costumes déjà conçus pour les films.


"Le secret de la planète des singes"

"Les évadés de la planète des singes"

"La conquête de la planète des singes"

"La bataille de la planète des singes"

Le téléfilm "Retour sur la planète des singes"
La série télévisée "La planète des singes".

Charlton Heston fera une très courte apparition dans le second volet : "Le secret de la planète des singes". Fermement opposé à une suite, il accepta pourtant de revenir par fidélité envers le producteur, qui avait pris le risque de faire le premier film. Refusant toutefois de toucher un cachet pour ce petit rôle, il reversera l'argent à l'école de son fils. Il demanda également à ce que son personnage meure, pour ne pas tourner d'autres volets. Cela se traduira par l'explosion de la planète, les trois films suivants se déroulant avant le premier.

RODDY McDOWALL





"Acteur, producteur et réalisateur britannique"

Il est né le 17 septembre 1928 à Herne Hill (Angleterre). Il débute très tôt dans le cinéma puisqu'à l'âge de 5 ans il participe à une course d'élocution. A 10 ans, il apparaît dans son premier film "Murder in the family" (1938). Il enchaîne ensuite sur d'autres rôles d'enfants : "Mon amie Flicka", "Lassie"... A 18 ans, il joue une longue série de rôles à succés à Broadway. A la fin des années 60, il décroche un des rôles vedette de "La Planète des singes" (Cornélius) et devient ainsi intimement lié à la saga. En effet, il reprendra son rôle de singe (Cornélius puis Caesar) dans trois autres films de la série ("Les évadés de la planète des singes", "La conquête de la planète des singes" et "la bataille de la planète des singes"), laissant sa place à David Watson sur "Le secret de la planète des singes", car attaché à un autre projet. Il se glissera une nouvelle fois dans la peau d'un singe (cette fois-ci prénommé Galen) en 1974 dans la série "La Planète des singes" , puis dans le téléfilm "Retour sur la planète des singes" en 1981. En plus de ses interprétations dans plus d'une centaine de films, il joue à la télévision, développe une vaste collection de films et de mémoire, et publie 5 livres de ses propres photos. Il meurt dans sa maison de Los Angeles le 3 octobre 1998 à l'âge de 70 ans des suites d'un cancer. Ses cendres ont été dispersées dans l'océan pacifique.

John Chambers, maquilleur de génie, mit au point une technique et une substance spéciale à base de mousse de caoutchouc pour transformer les comédiens en singes des plus réalistes, technique qui lui valut un Oscar. Le maquillage nécéssitait de trois à six heures de maquillage et une de démaquillage, et s'avérait dur à porter pour les acteurs : en effet, ces derniers devaient rester dans des caravanes réfrigérées entre les prises pour ne pas abîmer leurs prothèses, et ne pouvaient fumer ou manger qu'avec difficulté. Certaines séquences mettant en scène plus de 200 singes, la production eut parfois recours à près de 80 maquilleurs... John Chambers a déclaré : "Nous avions choisi des acteurs aux yeux bruns, afin qu'ils se rapprochent de ceux des vrais chimpanzés ou gorilles. Leurs nez devaient également être assez plat afin d'y fixer le museau des masques que nous avions fabiqués. On a ainsi découvert la nécéssité d'acteurs typés, et ils provenaient de diverses ethnies". Burman (un des assistants) ajoute : "Lors des premiers tests, nous avions engagés des Philippins pour les personnages de chimpanzés, des Chinois pour les orangs outans et des Africains pour les gorilles. Mais le studio réfuta cette solution car nous étions à la fin des années 60, et les problèmes liés au racisme envers les minorités  était un sujet fort épineux."


John Chambers, créateur des maquillages a passé de nombreuses heures au Zoo de Los Angeles à étudier l'expression faciale des singes.

L'actrice Kim Hunter (alias Zira) en pleine
séance de maquillage.

La Planète des singes fut citée à deux reprises pour les Oscars 1969, obtenant des nominations dans les catégories des Meilleurs costumes et de la Meilleure musique.
Le film empocha finalement un Oscar d'honneur, saluant la contribution de John Chambers à l'art du maquillage. Une récompense qui mit le cinéaste Stanley Kubrick dans une colère noire, prétendant que son singe dans le film "2001 l'odyssée de l'espace" était beaucoup plus élaboré.

Le film a été tourné en Utah et à Malibu en Californie. La scène où la fusée s'écrase a été tournée au lac Powell, un lac artificiel situé à la frontière de l'Utah et de l' Arizona qui a été formé suite à la construction d'un barrage sur le fleuve Colorado. Une partie des scènes ayant rapport avec la Zone interdite ont été faites à Glen Canyon dans l'Utah. La scène finale, avec la statue de la liberté, a été tournée à Zuma Beach à Malibu.

Lors de la scène du tribunal où Taylor tente d'expliquer l'origine de l'Homme et des primates, les trois juges simiens, choqués par ses propos, se couvrent respectivement les yeux, les oreilles et la bouche. Un clin d'oeil au célèbre proverbe des "Trois singes", qui donne les clés de la sagesse : "Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire...", représenté par trois singes se couvrant yeux, oreilles et bouche.


En 2011, Ruppert Wyatt a réalisé le film "La planète des singes : les origines" avec James Franco et John Lightgow. Il s'agit d'un "prequel"à la saga cinématographique inspirée du roman de Pierre Boulle, se concentrant sur l'origine de l'intelligence des singes. D'après le réalisateur : "C'est une partie de la mythologie et il devra être vu ainsi. Ce n'est pas la continuité des autres films, c'est une histoire originale. Il satisfera les personnes qui ont aimé ces films. Le but de ce film est d'achever tout ça et d'offrir ça aux fans, exactement comme "Batman begins". Contrairement aux précédents films, les singes ont été ici « créés » en images de synthèse par la société Weta Digital de Peter Jackson.

L'AVIS DE "CIN & TOILES"

Un grand classique de la science-fiction !! Sans conteste, le premier et le meilleur de la série. Charlton Heston incarne à la perfection l'astronaute qui découvre avec horreur la planète terre dévastée par une guerre atomique ; la scène finale est à juste titre un grand moment de cinéma. Un fim qui a peu vieilli et que je préfère nettement à la version de Tim Burton. Sans parler du grimage des acteurs en singes qui a révolutionné l'art du maquillage au cinéma.


Fiche technique

Scénario
Michael WILSON et Rob SERLING
D'après le roman
de
Pierre BOULLE
Directeur de la photographie
LeonSHAMROY (Couleurs par DeLuxe)
Costumes
Morton HAACK
Créateur des maquillages
John CHAMBERS
Musique
Jerry GOLDSMITH
Producteurs
Arthur P JACOBS/Mort Abrahams
Production
20th Century-Fox
Distribution
Fox-Lira
Durée
1 h 52

Autres interprètes

Honorius James DALY
Landon Robert GUNNER
Lucius Lou WAGNER
Maximus Woodrow PARFREY
Dodge Jeff BURTON
Julius Buck KARTALIAN
Le chef des chasseurs Norman BURTON
Le docteur Galen Wright KING
La femme astronaute Dianne STANLEY

Le phénomène "La planète des singes" et ses suites a engendré divers produits dérivés à grande echelle : Bd, dessins animés, figurines...


Comics américains parus dans les années 70.


Le dessin animé "Return to the planet of the apes" diffusé en 1975 par la chaîne CBS.


Figurines éditées dans les années 70.


Roddy Mcdowall, Kim Hunter et Charlton Heston réunis à l'occasion du 30ème anniversaire du film.

En 2001, Tim Burton a réalisé un remake de "La planète des singes" avec Mark Wahlberg , Tim Roth et Helena Bonham Carter dans les principaux rôles. Charlton Heston y fait une apparition clin d'oeil, mais cette fois-ci grimé en singe, où il incarne le père mourant du personnage interprété par Tim Roth.

Au cours du tournage, Charlton Heston attrapa la grippe, et eut une terrible extinction de voix. Toutefois, ce mal passa relativement inaperçu (son personnage ne parle pas durant la première moitié du film), et s'avéra même être un avantage pour le rôle ; en effet, elle aida le comédien à prononcer sa première réplique (lorsque son personnage retrouve l'usage de la parole après une blessure à la gorge) avec le ton éraillé souhaité par le réalisateur.

LINDA HARRISON

Interprète de l'humaine Nova, elle a marqué de son empreinte "La Planète des singes" (elle joue également dans "Le secret de la planète des singes"), malgré le fait qu'elle n'y ait aucun dialogue (son personnage ne maîtrise pas la parole). La comédienne, Miss Maryland 1965, est également la femme du producteur de la 20th Ceintury Fox , Richard D. Zanuck. Abandonnant sa carrière au milieu des années 70, elle revint vers Hollywood au cours des années 80 avec un petit rôle dans "Cocoon" et "Cocoon : the return" notamment, puis fit une apparition clin d'oeil dans "La planète des singes" de Tim Burton en 2001, en... prisonnière humaine mise en cage.