Comédie

1978

Film français


PRINCIPAUX INTERPRETES


Josiane Balasko
(Nathalie)


Michel Blanc
(Jean Claude)

Marie-Anne Chazel
(Gigi )

Christian Clavier
(Jérôme)


Gérard Jugnot
(Bernard)

Dominique Lavanant
(Christiane)
Bruno Moynot
(Gilbert Sellman)

Thierry Lhermitte
(Popeye)

PHOTOS




 


 




HISTOIRE

Un car de touristes arrive au Club Méditerranée. Parmi eux : Bernard, cadre commercial moyen, vient rejoindre sa femme, Nathalie, qui est au club de vacances depuis une semaine, Gigi, jeune secrétaire, vient passer huit jours pour oublier ses peines de coeur, Jérôme, jeune médecin célibataire, a pour but de pratiquer de nombreuses activités sportives et de conquérir le coeur des jolies femmes ; Christiane, vieille fille aigrie, est esthéticienne en province et espère faire une rencontre au club ; Jean-Claude veut profiter de ses vacances pour conquérir une femme, mais, maladroit et timide, il n'accumulera que des gaffes et des échecs. Parmi les organisateurs : Popeye, au physique de play boy, qui ravira les femmes des autres ; Bourseault, l'animateur du village, qui fait chavirer le coeur de Gigi ; Bobo, l'animateur plutôt médiocre, ambitionne de percer à Paris ; Miguel a pour occupations la culture et les arts appliqués ; Marcus, lui, est le patriarche de toute cette tribu. Tout ce beau monde va vivre ensemble huit jours plein d'entrain et de gaieté jusqu'à l'heure du départ, où chacun reprendra sa destinée.

 

SECRETS DE TOURNAGE

"Les bronzés" fut le premier film collectif d'une équipe, celle du "Splendid" issue du Café Théâtre. Pendant trois années consécutives, le Club Méditerranée invita l'équipe du Splendid à venir animer une saison. Ces différents séjours leur donnèrent l'occasion d'observer les moeurs et les habitudes des organisateurs et des membres du "Club Med'". Après avoir eu un aperçu des principaux types de personnages que l'on peut y rencontrer, ils décidèrent de monter une pièce dans leur café-théâtre parisien intitulée : "Amour, Coquillages et Crustacés". Enorme succès, ils jouèrent à guichet fermé pendant plus d'un an.
C'est à partir de cette pièce que fut tiré le film intitulé "Les bronzés" dont le tournage eut lieu à Assouindé, à quatre-vingts kilomètres au sud d'Abidjan (Côte-d'Ivoire) dans le village hotel "Les palétuviers".

Ce film a pu se faire grâce à deux rencontres ; d'une part, avec Yves Rousset-Rouard, jeune producteur dont le flair avait déjà été prouvé par la découverte de Sylvia kristel et le succès des films "Emmanuelle 1, 2 et 3", d'autre part, avec Patrice Leconte, alors jeune réalisateur issu de la bande-dessinée dont le premier et unique film (Les WC sont fermés de l'intérieur) n'avait pas été un succès.

Pour anecdote, La scène du hammam et du massage "musclé" de Jugnot, avait été véritablement vécue par ce dernier, Lhermitte et Clavier dans un Club Med en Turquie. Comme dans le film, c'est Jugnot qui avait été le premier à en faire les frais...

Le choix d'un compositeur pour mettre en musique les tribulations ivoiriennes des Bronzés n'a pas été chose aisée. En effet, d'origine théâtrale, le film repose en priorité sur des situations et dialogues qui laissent peu d'espace pour une bande originale. C'est au montage du film qu'une solution fera surface : « A vrai dire, se souvient Patrice Leconte, j'aimais beaucoup le travail de Michel Berger, l'énergie de son écriture. Je l'imaginais déjà composer la partition des Bronzés et, pourquoi pas, une chanson. Il a vu le film en projection, l'a apprécié mais ne pouvait se caler sur nos délais. Il préparait déjà Starmania… Logiquement, il m'a aiguillé sur Michel Bernholc, son fidèle arrangeur. »

Premier impératif, Bernholc doit composer avec la reprise de "Darla dirladada", propulsé indicatif officiel du club de vacances. Sa mission consiste également à alimenter la piste de danse de Galaswinda, endroit stratégique où se font et défont les couples d'un soir. Avec et grâce à Bernholc, Popeye, Gigi et Jean-Claude se déhanchent sur une vertigineuse enfilade de rocks, slows et rumbas. En dehors de ces musiques, le compositeur parvient à s'immiscer sur la séquence où Christian Clavier (en string !) déclame sur Saint-John Perse, soutenu par un joli thème au romantisme planant…

Pour le générique, Michel Bernholc imagine un thème sur un rythme des îles. Mais le producteur, Yves Rousset-Rouard, le sacrifie au profit d'une rengaine disco de Serge Gainsbourg : "Sea, sex and sun", carton de l'été 1978 au hit-parade des plages. « Ce truc, ricanait le grand Serge, je l'ai torché en cinq minutes ! ». Malgré tout, l'empreinte musicale du film restera "Darla dirladada et Sea, sex and sun"… deux titres qui n'ont pas été expressément composés pour le film.

La troupe du Splendid dans les années 70 : Bruno Moynot, Valérie Mairesse, Thierry Lhermitte, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Gérard Jugnot et Michel Blanc.

Patrice Leconte, co-scénariste et réalisateur sur le tournage en compagnie de Luis Rego.

Le film fit un énorme carton avec 2,2 millions d'entrées en France lors de sa sortie.
"Les Bronzés" apparaît ainsi comme une suite moderne des "Vacances de Monsieur Hulot" de Jacques Tati, l'absence d'un meneur de jeu en moins. Le film a bénéficié d'un engouement instantané lors de sa sortie et s'est trouvé presqu'aussitôt propulsé au rang des principaux films culte du cinéma français.

En 1979, Patrice Leconte réalisa "Les bronzés font du ski" avec, à nouveau toute l'équipe du "Splendid".

Vingt-sept ans après le premier opus, Popeye, Gigi et les autres sont de retour en 2006 pour "les bronzés 3 amis pour la vie". Patrice Leconte a de nouveau réuni toute la troupe du Splendid : Jugnot, Clavier, Chazel, Lhermitte, Balasko et Blanc, qui incarnent les mêmes personnages mais cette fois ci sous le soleil de Sardaigne.

"Les bronzés" en 1978 et 28 ans après en 2006 dans "Les bronzés 3 amis pour la vie".

L'AVIS DE "CIN & TOILES"

Le premier et le meilleur des trois. Avec "Le père noël est une ordure", c'est un film culte du cinéma français qui a lancé la carrière de la troupe du Splendid et par la suite de chacun des membres en solo. A chaque passage télé, je ne me lasse pas de ces répliques qu'on connait par coeur et qui font toujours rire. Je pense que le fait que les acteurs soient aussi amis dans la vie a été pour beaucoup dans le succès de ce film (et des suites également). Une excellente parodie du club Med !


Fiche technique

 
Scénario et dialogues Patrice LECONTE et l'Équipe du SPLENDID
Directeur de la photographie Jean-François ROBIN
Musique Serge GAINSBOURG
Michel BERNHOLC
Production Yves ROuSSET-ROUARD -
Trinacra Films
Distribution CCFC
Durée 1 h 38

Autres interprètes

Bourseault Michel CRETON
Bobo Luis REGO
Le chef de village Guy LAPORTE
Miguel Martin LAMOTTE
Le cuisinier Yvon BREXEL
La fille de cuisine Mirella RANCELOT
L'Italien John PEPPER

Quelques répliques cultes :

Bernard : "J'ai pas trouvé ma case , j'ai du passer la nuit avec cette charmante dame aux sanitaires... "
- Christiane : "Je précise que je peux être charmante ailleurs qu'aux sanitaires. "

Jean-Claude : " Moi j'ai eu une rupture ! J'ai vécu avec une femme, puis au bout de 48 heures elle a décidé qu'on se séparait d'un commun d'accord, alors j'ai pas bien supporté ! J'ai même essayé de me suicider ! "

Nathalie : " A mon avis, tu devrais changer de slip ! "
- Popeye : " Ca va pas, non, il est impeccable, il est de ce matin ! "
- Nathalie : " Non, ah non, c'est pas ça, c'est la forme, tu vois ça casse un peu le personnage ! "
- Popeye : " Et ben t'inquiète pas ma chérie, ça casse pas c'qu'y a dedans ! "

Boursault : "Ca va les G.O. ? En forme ?"
-
Popeye : "En forme de quoi ?"

Popeye : " Tiens j'vais dire un truc qui va t'faire plaisir, toi ! "
- Nathalie : " C'est vrai ? "
- Popeye : " Ouais ! Tu vois j'me suis fait plus de 80 gonzesses depuis le début d'la saison. Et ben, sans te flatter, j'ai l'impression qu'tu vas être dans les 10, 15 premières, toi ! "

- Jean-Claude, derrière : " C'est quoi vos prénoms ? "
- Gigi : " Sa femme a appris notre liaison par le 1er shampouineur, tenez-vous bien, elle a tenté de l'électrocuter avec un séchoir. "
- Christiane : " Ou la la ! Ecoutez, moi dans un autre genre, j'ai eu des polyvalents dans mon salon de beauté pendant 3 jours. "
- Jean-Claude : " Ehh ! c'est quoi vos prénoms ? "
- Christiane : " J'ai été tellement déprimée que j'ai cru n'avoir pas la force de venir jusqu'au club. "
- Gigi : " Alors il a été très chic, et puis il m'a dit, ma petite gisèle pour sauver notre amour, il faut qu'on se quitte. "
- Christiane : " Il a très très bien fait. "
- Jean-Claude : " Parce que moi c'est Jean-Claude, mon prénom, moi. "
- Christiane : " Vous allez voir, vous allez très vite vous remettre, vous ici. Ne serait ce que le châtain là bas, il ne vous plait pas ? "
- Gigi : " Ah ! Non, ah non, non, voyez. J'les préfère avec 5 ans de plus, ensuite très distingué... Genre, Paul Newman. Et puis surtout avec la tempe légèrement dégarnie. "
- Jean-Claude : " Alors là ma chérie, écoute ! "
- Christiane : " Non, je vais vous paraître un peu vieux jeu, malgré mon passé mouvementé, mais j'les aime grands, exagérément musclés et surtout les cheveux blonds et en brosse ."
- Jean-Claude : " Eh ouais, le nazi quoi ! Elles se feraient chier de me répondre ces deux espèces de pétasses, là !! ".
- Gigi : " Non mais ! Ça va pas bien derrière ? "
- Christiane : " Il a un malaise le peignoir ? "
- Jean-Claude : " Ca tape la hein... d'un coup ? , J'vais m'baigner. "
- Christiane : " Ohhh ! Quel malhonnête ! "
- Bourseault : " Alors, on ennuie les dames. Allez... allez, à la flotte ! "
- Gigi : " Regaaaarde ! Ils lui ont piqué son slip !

 

 


Les algues utilisées par Jean-Claude Dusse pour masquer sa nudité sont venues directement de France protégées par de la glace, car elles sont totalement absentes des plages de Côte d'Ivoire.