Comédie
dramatique

1976
Film américain


PRINCIPAUX INTERPRETES


Sylvester Stallone
(Rocky Balboa)

Talia Shire
(Adrian)

Burt Young
(Paulie)

Burgess Meredith
(Mickey)

Carl Weathers
(Apollo Creed)


PHOTOS




 





 


HISTOIRE


Dans les quartiers populaires de Philadelphie, Rocky Balboa sert d'encaisseur à un minable usurier, Tony Gazzo, et dispute parfois un combat de boxe sous le surnom de " l'étalon italien " pour gagner quelques dizaines de dollars. Son ami Paulie, employé dans une conserverie de viandes, l'encourage à sortir avec sa soeur Adrian, une jeune femme effacée et timide, vendeuse dans un magasin d'aliments pour animaux domestiques. Les deux jeunes gens finissent par se rapprocher comblant ainsi le vide de leur existence. Pendant ce temps, Apollo Creed, le champion du monde de boxe poids lourd à la recherche d'un challenger pour remettre son titre en jeu, a l'idée de rencontrer un inconnu pour le " combat du bicentenaire " qui deviendra ainsi le symbole de la libre Amérique, le " pays où l'on donne à chacun sa chance ". Séduit par son surnom, il choisit Rocky dans un annuaire corporatif. Convoqué par Jergens, l'organisateur du match, Rocky a du mal à croire à sa bonne fortune et commence un entraînement intensif sous la direction de Mickey, son ancien entraîneur. Conscient de ses possibilités, Rocky ne souhaite qu'une chose : tenir la distance. Et, contre toute attente, le jour du match, il réussira à finir les quinze rounds, révélant une endurance et une ténacité peu communes. Apollo gardera son titre, mais Rocky a prouvé ses capacités et Adrian pleure de joie lorsqu'il la réclame à grands cris sur le ring à l'issue du combat.

 

SECRETS DE TOURNAGE

Le concept original de Rocky et son personnage principal a été inspiré à Sylvester Stallone par un combat entre Muhammad Ali et Chuck Wepner. L'idée qu'un boxeur inconnu tienne le match entier et contre toutes les espérances intéresse Stallone. Il commence donc l'écriture du scénario intitulé "Paradise Alley". Après la lecture du script, les producteurs Irwin Winckler et Robert Chartoff demandent à le rencontrer. L'acteur américain expose alors son concept du film et les deux hommes décident alors de soutenir financièrement Stallone pour qu'il finalise ce scénario, avec l'assurance qu'ils seraient les premiers à le voir une fois terminé.
Pour le rôle principal, les producteurs pensent successivement à Elliot Gould, Paul Newman,  James Caan, Burt Reynolds puis à Jack Nicholson. Mais Stallone, qui veut absolument incarner Rocky, s'y oppose. Il refuse même une première offre de 75 000 dollars. Les enchères montent jusqu'à 265 000 dollars, mais Stallone tient bon, exigeant toujours le rôle. En fin de compte, il réussit à l'obtenir et il est engagé à un salaire moindre mais obtient une participation aux bénéfices...
Les producteurs rencontrent aussi quelques soucis pour attribuer les autres personnages principaux. Le véritable boxeur Ken Norton est le premier pressenti pour interpréter Apollo Creed mais le rôle est finalement donné à Carl Weathers. Pour les traits d'Adrian, Carrie Snodgress est tout d'abord choisie mais des problèmes d'argent poussent à abandonner la piste et à chercher ailleurs. Susan Sarandon auditionne aussi mais est jugée trop mignonne pour le rôle. Après l'audition de Talia shire, Chartoff et Winkler insistent pour que l'actrice soit finalement engagée.

Le tournage debute le 5 decembre 1975 sous la direction du metteur en scene john  G. Avildsen.


Sylvester Stallone en compagnie du réalisateur, John G. Avildsen
qui a remporté l'Oscar du Meilleur Réalisateur.

Certains éléments de l'histoire sont changés pendant le tournage. Au départ, le ton du film devait être plus sombre, Mickey étant dépeint comme un raciste. Même la fin était différente, Rocky devait abandonner le combat après avoir réalisé qu'il ne voulait pas faire partie du monde de la boxe professionnelle.

Durant le tournage, Sylvester Stallone et Carl Weathers souffrent de blessures causées par le combat final : Stallone est contusionné aux côtes tandis que Weathers est touché au nez. L'interprète de "l'étalon italien" doit même s'arrêter trois semaines pour récupérer.

Rocky remporte un succes immediat bebeficiant d'un tres favorable bouche a oreille avant meme sa sortie. Le film  est consideré comme un antidote au pessimisme et au cynisme qui  marquent la plupart des productions hollywoodiennes de cette decennie. De nombreux critiques comparent rocky a l'oeuvre de franck capra le legendaire realisateur de "la vie est belle" et "Monsieur smith au senat".   Capra lui-meme declare que  " Rocky " est un film qu'il aurait aimé realiser. " Rocky balboa " passe du statut de personnage de fiction a celui d'icone ! La chanson du generique "gonna fly now" s'envole dans le hit parade et les posters de stallone se vendent comme des petits pains.

Le film, réalisé avec seulement un budget de 1,2 millions de dollars , est tourné en 28 jours. Mais ses recettes au box office américain s'élèvent à 117,2 millions de dollars, ce qui fait de lui le film le plus rentable de toute la saga.

En 1977, Rocky reçoit 10 nominations aux Oscars et remporte 3 victoires :

  • Meilleur acteur : Sylvester Stallone.
  • Meilleure actrice : Talia Shire.
  • Meilleurs seconds rôles : Burgess Meredith et Burt Young.
  • Meilleure chanson : Bill Conti, Carol Connors et Ayn Robbins pour "Gonna Fly Now".
  • Meilleur son : Harry W. Tetrick, William L. McCaughey, Lyle J. Burbridge et Bud Alper
  • Meilleur scénario original : Sylvester Stallone.
  • Meilleur film : Robert Chartoff and Irwin Winkler. (Victoire).
  • Meilleur réalisateur : John G. Avildsen ( victoire ).
  • Meilleur montage : Richard Halsey and Scott Conrad ( victoire ).
A la suite de cet immense succés, Sylvester stallone reprend le role de  " Rocky  Balboa " dans 5 autres films qu'il ecrit et 4 qu'il realise lui même (le 2, 3, 4 et 6ème volet). Le personnage du boxeur jouit d'un potentiel universel et stallone trouve "dommage de s'en debarraser au bout de 2 heures".  L'acteur lui meme est aux prises avec les sentiments de rocky ": c'etait une sorte de therapie" explique t-il, il y a vraiment un parallele entre ma vie et  ces films."
Rocky II - La revanche" (1979) montre Rocky Balboa revenir pour une revanche contre Apollo Creed. Ce film réunit le casting entier du premier épisode et a récolté plus de 200 millions de dollars à travers le monde.
Dans "Rocky III-L'oeil du tigre" (1982), un nouveau personnage apparait : Clubber Lang (interprété par Mr T.) est un jeune boxeur arrogant qui défie un Rocky blasé. 
Le personnage soviétique de Ivan Drago (Dolph Lundgren)) apparait dans "Rocky IV" (1985).  
"Rocky V" (1990) diffère du reste de la saga, Rocky Balboa n'étant plus professionnel. Il est devenu l'entraineur de Tommy Gunn, joué par le véritable boxeur Tommy Morrison. Le film est aussi le premier à installer Robert Balboa, le fils de Rocky, en tant que personnage principal.

Le dernier opus de la saga est "Rocky Balboa" (2006). Stallone y joue un Rocky âgé de 59 ans qui se voit la chance de disputer un match contre le champion en titre, Mason Dixon. C'est Antonio Tarver, médaillé de bronze de boxe (catégorie mi-lourd) aux Jeux Olympiques d'été de 1996 qui lui prête ses traits.

L'AVIS DE "CIN & TOILES"

Ce film est le meilleur de la saga ! Loin d'être uniquement un film sur la boxe, "Rocky" est avant tout l'histoire d'un personnage simple et généreux qui va rencontrer l'amour et va se voir proposer l'occasion de disputer un vrai combat. Véritable hymne au rêve américain, ce film séduit par ses personnages attachants, ainsi que la célèbre musique de Bill Conti. C'est aussi un film sur l'espoir et le courage avec un personnage dans lequel chacun peut se reconnaître. Humour et émotion sont aussi au rendez-vous !



Fiche technique

Réalisation John G AVILDSEN
Scénario Sylvester STALLONE
Directeur de la photographie James CRABE (Technicolor)
Musique Bill CONTI
Décors James H SPENCER
Production Irwin WINKLER,
Robert CHARTOFF
Distribution United Artists
Durée 2 h 00

Autres interprètes

Miles Jergens Thayer DAVID
Tony Gazzo Joe SPINELL
Mike Jimmy GAMBINA
Le soigneur Al SALVANI
Le présentateur du combat Bill BALDWIN

 

SYLVESTER STALLONE

Acteur, réalisateur, producteur et scénariste !

Né le 6 Juillet 1946 à New York, il grandit dans un quartier tranquille de la banlieue de Philadelphie et se passionne pour la culture physique dès ses douze ans. Il s'intéresse également à la comédie dès son adolescence, tenant ses premiers rôles dans la troupe du lycée local, mais décide de privilégier le sport avant d'être envoyé au Collège Américain de Genève pour y enseigner la gymnastique. A son retour aux Etats-Unis, le jeune homme suit les cours de comédies de l'Université de Miami et écume les castings. Il finit par devenir en 1970 la vedette d'un film érotique, "L'Etalon italien", puis figurant dans "Bananas" (1971) de Woody Allen. Après quelques tentatives télévisuelles, le comédien se spécialise dans les rôles de voyous ("Les Mains dans les poches" (1974), "Adieu, ma jolie" (1975), "La Course à la mort de l'an 2000". Lassé d'attendre le rôle de sa vie, Sylvester Stallone écrit l'histoire d'un boxeur parti de rien qui concrétise ses rêves de champion. En 1976, le destin de Rocky fait de l'acteur américain une superstar.  et connaîtra quatre autres épisodes (Rocky 2 (1979), Rocky 3 (1982), Rocky 4 (1985), Rocky 5 (1990), Rocky 6 (2007). Dès lors, les projets de films se montent sur son seul nom, comme le drame F.I.S.T. (1978). Outre la saga Rocky, Sylvester Stallone est en 1982 à l'affiche d'un nouveau film d'action qui va le conforter dans son statut de star : le vétéran de la guerre du Vietnam John J. Rambo, qui connaîtra deux autres opus en 1985 (Rambo II : la mission) et 1988 (Rambo III). Propulsé nouvelle vedette du film d'action, le comédien enchaîne les productions musclées et populaires, telles que "Bras de fer" (1987), "Tango & Cash "(1989) et "Haute sécurité". Après un passage peu concluant à la comédie en 1992 ("Arrête ou ma mère va tirer", "L'Embrouille est dans le sac"), Sylvester Stallone renoue avec le succès grâce à un catalogue de personnages valeureux et casses-cou : un secouriste de haute montagne dans "Cliffhanger" (1993), un policier dans le futuriste "Demolition man" ou encore un spécialiste en explosifs dans "L'Expert" (1994). En 1996, "Daylight" marque un tournant dans la carrière du comédien : doté d'un budget de 80 millions de dollars, ce film catastrophe n'en rapporte même pas la moitié sur le territoire américain. Sylvester Stallone revoit alors ses ambitions à la baisse et accepte un cachet de 60 000 dollars (contre les vingt millions qu'il était en mesure de percevoir) pour jouer un shérif atteint de surdité dans "Copland" (1997). Salué par la critique, le comédien met sa carrière entre parenthèses pour se consacrer plus activement à sa vie de père de famille. Si Sylvester Stallone fait à nouveau parler de lui en 2000 et 2001, c'est pour signaler les échecs successifs au box-office de "Get Carter" et "Driven". En 2002, le thriller "Compte à rebours mortel" n'est même pas distribué aux Etats-Unis. Mais le comédien sait toujours user de son charisme et faire preuve d'autodérision, comme en témoignent son apparition clin d'oeil dans "Taxi 3" (2003) et sa prestation caricaturale du Toymaster dans "Mission 3D Spy kids 3" (2004). Délaissant les rôles purement physiques, Sylvester Stallone opte pour des films au ton plus léger comme "Avenging Angelo", où il interprète un garde du corps amoureux de sa protégée (Madeleine Stowe), et "Les Maîtres du jeu", où il incarne un as du poker à qui on ne la fait pas.

La célèbre scène de Rocky courant pour monter les marches du "Philadelphia Museum of Arts" est devenue une icône culturelle. En 1982, une statue du personnage, posée par Stallone pour le tournage de "Rocky 3", est mise en haut des marches. Des différends d'opinion au sujet de la statue et de son emplacement ont poussé à la déplacer sur le trottoir à l'extérieur de la Wachovia Spectrum Arena, même si elle a temporairement séjourné à sa place originelle en 1990 pour"Rocky 5" et en 2006 pour l'anniversaire des 30 ans du premier film. Elle se situe depuis à un endroit près des marches.