PORTRAITS

"Il est né il y a 100 ans. Un peu après la création du cinéma justement. Un siècle de cinéma. En 53 films, il a donné une leçon toujours d'actualité, maîtrisant le système, le suspens et finalement son art, comme peu dans son domaine. Alfred Hitchcock a réalisé des films considérés aujourd'hui comme avant-gardistes ou géniaux, mais surtout très populaires. Hitch est une marque aussi connue que Spielberg. Hitchcock ne laissait rien au hasard et aimait tout contrôler. Comme ses histoires qu'il racontait avec délectation, à la télé comme au cinéma. Un des cinéastes qui a le mieux filmé ces rencontres entre hommes et femmes. Un réalisateur avant tout "plastique", visuel, filmant l'indécible et la magie amoureuse. En effet, un artiste". ECRAN NOIR.FR

"Alfred Hitchcock a régné en grand maître du suspense pendant plus d'un demi-siècle. Hitchcock, c'est cette fameuse silhouette qui se découpe à l'écran, notre guide privilégié dans l'univers obscur du crime. Mais qui se cache derrière Alfred Hitchcock ? Un homme qui se décrit lui-même comme très gros et très ambitieux, plus intriguant encore que sa formidable filmographie..." CINEMACLASSIC.FREE.FR


 

PHOTOS DE TOURNAGE


Sueurs froides

Psychose

Le rideau déchiré


Les oiseaux

La mort aux trousses

Fenêtre sur cour

 

BIOGRAPHIE

Alfred Joseph Hitchcock naît le 13 août 1899 à Leytonstone dans la banlieue de Londres. Ses parents, William et Emma, sont épiciers en gros et Alfred est le dernier de leurs trois enfants : l'aîné William est né en 1890 et la cadette Eileen en 1892. Dès son plus jeune âge, il est un enfant solitaire et peureux. Il avoue lui-même ne pas avoir eu d'amis dans son enfance et passer son temps à jouer seul. Certains éléments marquants de son enfance se retrouveront dans ses films. Ainsi, il est plusieurs fois questions du métier d'épicier - (cf films "Agent secret", "Frenzy"). De même, l'aversion très visible de Hitchcock pour la police - en fait pour les policiers, montrés incompétents - s'explique par un rapide séjour au commissariat, alors qu'il était âgé de seulement 4 ou 5 ans. Enfin, les religieux sont aussi souvent critiqués à travers ses films ; Hitchcock avait en effet été placé par ses parents catholiques dans un collège de Jésuites et il en a gardé un très mauvais souvenir, notamment à cause de sa crainte des châtiments corporels.
Pour gagner sa vie, le jeune Alfred, alors âgé de 19 ans, entre à la compagnie télégraphique Henley ; en même temps, il suit des cours de dessin à la section des Beaux-Arts de l'Université de Londres. Grâce à ses dons pour le dessin et après avoir été spécialisé dans le calcul des câbles électriques sous-marins, il est muté au service publicité de chez Henley.
Quelques temps plus tard, Hitchcock collabore avec la société américaine Famous Players-Lasky (filiale de Paramount ) qui ouvre une succursale à Londres.
Son travail consistait à illustrer les cartons affichés entre les séquences des films muets de l'époque. Les dons évidents du jeune Alfred pour le dessin font qu'il est définitivement embauché comme chef de la section des titres.

Sa carrière cinématographique débute en 1922 alors qu'il tente de produire et réaliser son premier film "Number Thirteen"mais le projet sera abandonné. Hitchcock est ensuite assistant metteur en scène dans la compagnie fondée par Michael Balcon. C'est ainsi qu'en 1923, il rencontre sa future femme Alma Reville lors du tournage de "Woman to woman" . En 1926, il réalise son premier film "The pleasure garden" puis un second la même année "The mountain eagle"- qualifié par Hitchcock de mauvais film et d'ailleurs désormais perdu.


Alfred Hitchcock et sa femme Alma.


Alfred, Alma et leur fille Patricia.

 

Le premier grand film du "maître du suspense" est sans aucun doute "The logder", réalisé en 1926. On y retrouve la plupart des éléments des prochains succès : une jeune femme blonde, un assassin, un homme accusé à tort... Les films qui suivent ne remporteront pas un grand succès et certains seront même décriés par Hitchcock lui-même, tel "Champagne" (1928). 1929 marque une année charnière puisque son film "Chantage" connaît d'abord une version muette par volonté de la production, puis une version parlante, Hitchcock ayant fait des enregistrements en cachette. Désormais, tous ses films seront parlants.

De nombreux films, de plus en plus justes, suivront. Certains rencontreront un vif succès tel "L'homme qui en savait trop" (1934) dont un remake sera fait en 1956. Le thème de l'innocent accusé à tort et obligé de s'enfuir pour prouver son innocence apparaît dans plusieurs films de la période britannique comme par exemple "Les 39 marches" ou "Jeune et innocent" . Vers la fin des années 1930, Hitchcock commence à avoir une certaine réputation auprès du public américain ; alors au sommet de son art, David O'Selznick lui propose de partir à Hollywood. Désormais, il réalisera tous ses films aux Etats-Unis.

Selznick voulait qu'Hitchcock réalise "Titanic" ; néanmoins Hitchcock parvient à imposer son film "Rebecca" (1940). Des tensions naissent entre les deux hommes quant à l'importance du montage, au choix et à la direction des acteurs et à la fidélité à laquelle est tenue un réalisateur . Hitchcock ne réalisera que quatre films pour Selznick avant de décider qu'il vaut mieux être son propre producteur en 1947. Cependant, produire un film coûte cher et les premières œuvres indépendantes d'Alfred Hitchcock n'ont guère de succès au box office. C'est ainsi que pressé par ses créanciers et par son agent, Les Wasserman, il accepte en 1955 de prêter son nom et son image à une série télévisée intitulée d'abord "Alfred Hitchcock presents" (1955-1962) pour un salaire de 129 000 $ par épisode de 30 minutes. À partir de 1962 jusqu'à 1965, la série prendra titre de "The Hitchcock Hour" .

Son rôle y est toutefois limité et cela relève de son propre choix. Il écrit et présente l'introduction de chacun des épisodes et en choisit les scripts (rôle qu'il confiera à partir de 1959 à Joan Bennett son assistante et amie). Contrairement à ce que beaucoup de spectateurs croient à l'époque, la série "Alfred Hitchcock Presents" est fort peu révélatrice de ses particularités et de talents en tant que concepteur, scénariste, monteur et réalisateur. De fait, sur les 368 épisodes télévisés, Hitchcock n'en réalisera que 20.

Les films réalisés et produits par Hitchcock entre 1954 et 1963 sont en général considérés comme ses plus grands chefs-d'œuvre. Citons notamment "Sueurs froides" (1958) ou "Psychose" (1960) d'après le roman de Robert Bloch. Avec "Les oiseaux" en 1963, Hitchcock tente de faire réfléchir le spectateur sur la place de l'Homme : "Et si mère Nature reprenait le dessus ?".

Les films qui suivront seront moins personnels - peut-être aussi moins ambitieux. L'âge commence à se faire sentir, le cinéma est en crise à cause de l'arrivée de la télévision dans les ménages et Hitchcock a perdu deux de ses plus proches collaborateurs : Bernard Hermann, son musicien, et Robert Burcks, le directeur de la photographie. Sans être toutefois des "navets", les films réalisés après "Pas de printemps pour Marnie" (1964) n'ont pas la même dimension que ceux de son âge d'or.

Côté sentimental, Hitchcock entretient des rapports difficiles avec les femmes dans son enfance et son adolescence. Il est un enfant solitaire et ne s'y "intéressera" que vers l'âge de 20 ans. Dans ses films, les figures féminines sont souvent les plus noires. D'une part, les jeunes femmes blondes représentent souvent le mal ; dans "Les oiseaux" , Melanie Daniels est accusée de sorcellerie, dans"Sueurs froides" , Judy est complice d'un meurtre. De plus, la figure de la mère est omniprésente et en opposition constante avec son fils. Cela aussi est visible dans "les Oiseaux" , où la mère a peur d'être abandonnée par son fils ; le paroxysme de cette relation est bien sûr présent dans "Psychose" où l'assassinat de sa mère déclenche la schizophrénie de Norman Bates.

De plus, Alfred Hitchcock était complexé par son poids, héritage de son père qui appréciait également la bonne nourriture. Différents acteurs et membres de l'équipe technique racontent qu'Hitchcock les invitait à dîner pour faire plus ample connaissance mais qu'ils parlaient davantage de gastronomie et du bon vin que du film en cours. Dans ses films, la nourriture a un rôle important. Elle accentue le désir de Norman Bates pour Marion Crane dans "Psychose" , puisqu'il lui apporte les sandwiches afin de discuter avec elle. De même, l'invitation au dîner est souvent un désir d'un des deux personnages d'aller plus loin dans sa relation avec l'autre. Ainsi, Scottie invite Judy à dîner, Mitch invite Melanie, respectivement dans "Sueurs froides" et "Les oiseaux"  ; une relation amoureuse peut débuter. Enfin, dans "Fenêtre sur cour", Lisa est vue comme une femme parfaite et Jeffries semble l'admettre lorsqu'elle lui apporte son repas : « Parfait, comme d'habitude » .

Les personnages de "Blondes Sophistiquées" des films de Hitchcock sont toujours représentées comme étant froides. D'ailleurs, Alfred tombait amoureux de toutes ses actrices blondes. "Les Oiseaux" et "Pas de prinemps pour Marnie" sont deux films clés pour qui veut saisir quelque chose entre la vie privée et l'œuvre du cinéaste. La raison tient à l'actrice Tippi Hedren, la seule à laquelle Hitchcock a osé déclarer sa flamme. On a l'impression qu'il a réalisé les "Oiseaux" pour malmener Tippi Hedren, lui ficher la frousse, abîmer sa beauté insolente. Façon pour la moins maladroite de lui avouer son amour. C'est durant le tournage de "Marnie" , que Hitchcock va tenter de le lui avouer une nouvelle fois. Il va poursuivre lourdement Tippi de ses assiduités. " Marnie" se terminera dans une lourde ambiance de bâclage et la carrière de Tippi Hedren sera brisée net. En effet, l'actrice abandonnera le cinéma après ce film , à cause de la scène du viol dans le film. La carrière de Hitch déclinera. Effrayés, les producteurs imposeront leurs propres blondes.

A partir du film "Rebecca", Hitchcock fera de nombreuses apparitions dans ses films au point que le spectateur est très déçu lorsqu'il n'arrive pas à le voir. Cette attitude est extrêmement rare chez un réalisateur car bon nombre d'entre eux ne se montrent jamais à l'écran. Ceci est encore une des ambiguïtés de la personnalité d'Hitchock qui fut toute sa vie complexé par son physique mais ne manqua pas une occasion de se montrer !

La dernière réalisation d'Hitchcock, Complot de famille , en 1976 ne fut pas un grand succès. Hitchcock était conscient que les quelques louanges qu'il recevait de la presse spécialisée était plus dues au respect d'un monument de 76 ans du cinéma qu'à la qualité réelle de son film. De ce fait, Hitchcock ne tarda pas à se sentir misérable. Deux mois plus tard, il annonça pourtant qu'il avait trouvé le sujet de son 54 ème film. Il s'agissait de l'adaptation d'un roman d'espionnage de Ronald Kirkbride intitulé "The short night". L'entourage d'Alfred Hitchcock était pourtant très sceptique quant à l'avenir du film. Sa femme Alma avait subi une attaque lors du tournage de "Frenzy" et était devenue impotente ; Hitchcock lui-même souffrait d'arthrite et se déplaçait de plus en plus difficilement.

En 1979, une soirée d'hommage organisée par l' American Film Institute lui fut consacrée sous le nom de Live Achievement Award. Lors de cette cérémonie, Henry Fonda, Ingrid Bergman, James Stewart, etc. ont témoigné de leur admiration au maître et narré de savoureuses anecdotes, puis Hitchcock reçut le prix de l'A.F.I. couronnant ses 50 ans de carrière cinématographique.

Les mois qui suivirent cette cérémonie confirmèrent un état de délabrement alarmant de ce qui fut le maître du suspense. Hitchcock se rendait à son bureau mais n'y faisait pas grand chose mis à part boire d'énormes quantités de vodka et de cognac. Il ne recevait presque personne mis à part David Freeman auquel il racontait inlassablement ses souvenirs d'enfant et de débutant au cinéma. A partir d'avril 1979, l'ambiance au bureau d'Hitchcock se dégrada de manière dramatique, et sa secrétaire Suzanne Gauthier avait de plus en plus de mal à supporter les accès de sénilité, de fureur et les obscènités que lui faisait supporter le réalisateur. La direction d' Universal ne savait comment se sortir de cette situation dramatique car il était hors de question de licencier un homme aussi auréolé de gloire mais d'un autre coté, il leur coutait extrèmement cher...

Le dénouement vint de la nouvelle de la mort de Victor Saville le 8 mai 1979. Il avait participé, avec Michael Balcon , John Freedman et Hitchcock lui-même à la constitution d'une société de production en 1923. Très choqué par la nouvelle, Hitchcock convoqua son personnel et leur annonça qu'il fermait définitivement son bureau.

A noël 1979, la reine d'Angleterre le nomma "grand chevalier de l'empire britannique" et lui accorda le titre de Sir Alfred Hitchcock. Peu après la cérémonie, son état de santé l'obligea à s'aliter. Il n'avait plus envie de vivre, n'avait plus d'appétit. Il fit sa dernière apparition publique le 16 mars 1980 puis rédigea son testament et ne vit plus que sa fille Patricia jusqu'à sa mort survenue pendant son sommeil le 29 avril 1980 à Los Angeles. A l'instar de son mari qui ne pouvait pas concevoir le monde sans cinéma, Alma ne peut pas concevoir le monde sans lui. Elle meurt en 1982, deux ans après son mari.

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

La période anglaise

1922 Number thirteen
1923 Woman to woman - L'ombre blanche
1924 Abnégation
1925 Le voyou - Le jardin du plaisir
1926 The mountain eagle - Les cheveux d'or
1927 Downhill - Easy Virtue - Le masque de cuir
1928 Laquelle des trois ? Champagne
1929 The manxman - Chantage - Juno and the Paycock
1930 Meurtre
1931 The skin game
1932 Rich and strang - A l'est de Shangai - Numéro dix-sept
1934 Le chant du Danube - L'homme qui en savait trop (première version)
1935 Les trente-neuf marches
1936 Quatre de l'espionnage - Agent secret
1937 Jeune et innocent
1938 Une femme disparaît
1939 La taverne de la Jamaïque

La période américaine

1940 Rebecca - Correspondant 17
1941 Joies matrimoniales - Soupçons
1942 Cinquième colonne
1943 L'ombre d'un doute
1944 Bon voyage (court métrage) - Aventure malgache (court métrage)
1945 La maison du Docteur Edwardes
1946 Les enchaînés
1947 Le procès Paradine
1948 La corde
1949 Les amants du Capricorne
1950 Le grand alibi
1951 L'inconnu du Nord-Express
1952 La loi du silence
1954 Le crime était presque parfait
1954 Fenêtre sur cour
1955 La main au collet
1956 Mais qui a tué Harry ?
1956 L'homme qui en savait trop (deuxième version)
1957 Le faux coupable
1958 Sueurs froides
1959 La mort aux trousses
1960 Psychose
1963 Les oiseaux
1964 Pas de printemps pour Marnie
1966 Le rideau déchiré
1969 L'étau
1972 Frenzy
1976 Complot de famille
1980 The short night (inachevé)



"Pas de printemps pour Marnie".


"L'ombre d'un doute"


"Fenêtre sur cour"




AFFICHES DE FILMS